Si vous voulez rencontrer le grand amour, il vaut mieux oublier les sites de rencontre

L’INED vient de rendre les résultats d’une étude portant sur le rôle des sites de rencontres amoureuses dans la vie des français, avec pas mal de chiffres à la clé. On apprend notamment que 14% des 26-65 ans se sont connectés sur ces services dans l’espoir de trouver l’âme soeur. En réalité, ces derniers sont même très populaires chez les cadres.

Il existe à l’heure actuelle des centaines de sites de rencontres sur la toile, des sites tels que Meetic, Match, AdopteUnMec ou même e-Darling pour ne citer que ces noms-là.

Etude INED sites de rencontres

D’après la dernière étude menée par l’INED, les sites de rencontres ne seraient pas aussi utiles qu’on pourrait le croire.

Le marché est extrêmement concurrentiel et certains éditeurs ont fait le choix de se concentrer sur les plateformes mobiles pour sortir du lot.

Les sites de rencontre marchent toujours en France

L’INED a souhaité en savoir un peu plus et l’institut a ainsi lancé une grande enquête afin de déterminer la portée réelle de ces services.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces plateformes ne seraient pas aussi fréquentées qu’on le pensait et elles toucheraient ainsi environ 16% des français. Leurs plus gros clients auraient moins de 30 ans et cela ne devrait pas vraiment vous surprendre puisque cette catégorie compte le plus grand nombre de célibataires.

Les hommes seraient très présents puisqu’ils représenteraient 36% des utilisateurs, contre 23% pour les femmes.

Plus les années passent, et plus les internautes se lasseraient de ces services. Enfin, tout dépendrait de leur âge en réalité. A partir de 46 ans, les femmes retourneraient en masse sur ces sites, suite à des séparations ou des divorces.

Elles n’auraient d’ailleurs pas à rougir face aux hommes (11% contre 14% pour ces derniers) et cette tendance se poursuivrait sur les années à venir.

Les cadres sont très présents sur ces sites

Les cadres et les professions intermédiaires fréquenteraient assidument ces plateformes (16%) mais les artisans, les commerçants, les chefs d’entreprise et les employés ne seraient pas en reste non plus (13%). Même chose pour les ouvriers.

En revanche, elles ne séduiraient ni les agriculteurs (3%), ni les inactifs (9%).

Mais la vraie question, c’est évidemment de savoir si ces sites permettent de trouver le grand amour. Il faut croire que ce n’est pas vraiment le cas car moins de 9% des personnes ayant rencontré leur conjoint entre 2005 et 2013 l’auraient fait grâce à ces services. Ils arrivent ainsi loin derrière le lieu de travail, les soirées entre amis et les lieux publics.

En revanche, ces plateformes fonctionneraient mieux pour les personnes souhaitant refaire leur vie.

Précisons pour finir que l’étude de l’INED se base sur environ 14 600 relations décrites par un peu plus de 7 800 personnes âgées de 26 à 65 ans. Elle n’est donc pas représentative de toute la population.

Mots-clés funinsoliteweb