Europe serait en partie recouvert de sel.. . de table

Europe, le satellite naturel de Jupiter, est une bonne candidate pour abriter la vie dans son océan sous-marin. Mais cette habitabilité potentielle de l’océan sous-marin d’Europe dépend de sa composition chimique.

Jusque là, les analyses basées sur les données du spectromètre de cartographie de la sonde spatiale Galileo ont permis d’établir une forte présence de sel de sulfate sur Europe.

Europe NASA ESA

Cependant, de récentes observations infrarouges laissent penser qu’il n’y a pas que du sel de sulfate sur la lune de Jupiter, mais aussi une composition à dominante chlorure, qui pourrait s’apparenter à notre sel de table !

Du sel de table à la surface d’Europe

Europe abrite sous sa croûte glacée un océan d’eau salée et liquide au contact d’un fond rocheux, ce qui en fait le lieu idéal pour chercher la présence de vie ailleurs dans le système solaire. Cependant, le potentiel de l’océan d’Europe en matière de soutien de la vie est fortement limité par sa composition chimique qui reste encore méconnue. Actuellement, notre meilleure fenêtre de compréhension consiste à étudier la composition de sa surface géologiquement jeune et active.

L’interprétation prédominante des données du spectromètre de Galileo suggère une surface dominée par trois éléments chimiques: la glace d’eau, l’hydrate d’acide sulfurique et un matériau supplémentaire non glacé qui, depuis l’époque de la mission Galileo, a été interprété comme du sel de sulfate issu de l’océan intérieur. Cependant, les données du spectromètre de Galileo n’avaient pas permis de bien déterminer la composition du matériau non glacé. Les scientifiques pensent maintenant qu’il pourrait s’agir de Chlorure de sodium (NaCl), autrement dit du sel de table.

Mais d’où vient le sel qui se trouve sur Europe ?

La présence de Chlorure de sodium (NaCl) sur Europe, c’est-à-dire de sel de table, a des implications importantes pour notre compréhension de sa chimie interne et son évolution géochimique au fil du temps. Car si la différenciation aqueuse des matières chondritiques (issues d’un certain type de météorites pierreuses) et la lixiviation à long terme des fonds marins chondritiques peuvent donner lieu à un système riche en sulfates, une circulation hydrothermale plus étendue, comme sur Terre, peut conduire à un océan riche en NaCl.

La chimie d’Enceladus (la lune de Saturne), qui est peut-être le meilleur analogue à Europe, suggère un océan composé majoritairement de Chlorure de sodium et un fond marin hydrothermalement actif. Cependant, la relation (de composition) entre l’océan d’Europe et son fond marin est méconnue, et la surface pourrait simplement représenter le résultat final d’une stratification de la composition interne de la coque de glace.

Quoi qu’il en soit, la présence de sel (NaCl) sur Europe justifie une réévaluation de la compréhension qu’on a de la géochimie de cette planète.

Mots-clés europesaturne