Europe : une carte de l’état de la prostitution sur le vieux continent

Le plus vieux métier au monde est soumis à des lois complètement différentes d’une partie du monde à l’autre, et la situation en Europe est particulièrement disparate.

Alors que l’Allemagne et d’autres pays d’Europe centrale ont entièrement légalisé et réglementé les maisons closes, le commerce du sexe en Serbie est passible de 330 € d’amende ou 60 jours de prison. D’autres nations, dont la France et l’Irlande, ont légalisé le commerce du sexe mais pas l’achat.

Amsterdam

Le cartographe Jakub Marian a créé une carte des lieux en Europe où la prostitution est légalisée – et où elle reste un acte criminel.

Des réglementations très différentes d’un pays d’Europe à l’autre

La carte répertorie les punitions maximales pour la prostitution, et qui est puni – le travailleur du sexe ou le client.

La carte montre que les pays d’Europe de l’Est et les États slaves du sud punissent les travailleuses du sexe et non les clients. Dans de nombreux États, y compris au Royaume-Uni (à l’exclusion de l’Irlande du Nord), en Espagne et en Italie, le travail du sexe est légal mais n’est pas réglementé et les maisons closes sont illégales. La carte montre également que le travail du sexe est légal et réglementé en Autriche, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie, en Lettonie, aux Pays-Bas, en Suisse et en Turquie.

Dans les pays représentés en vert sur la carte, les travailleurs du sexe peuvent s’inscrire officiellement comme employés ou travailleurs indépendants exerçant dans la prostitution, et les maisons closes sont dirigées comme n’importe quelle autre entreprise. Selon Marian, la réglementation stricte des maisons closes en Turquie et en Grèce avait conduit de nombreuses travailleuses du sexe à travailler illégalement.

Les amendes infligées

L’amende la plus élevée pour les clients de prostituées est appliquée en Norvège : 2700 euros, ou jusqu’à six mois de prison. La Suède inflige des amendes aux clients en fonction de leurs revenus, et inflige également jusqu’à six mois de prison.

Le « modèle suédois », qui interdit aux personnes de payer pour avoir des rapports sexuels, mais qui tolère les travailleuses du sexe, a été introduit en Suède en 1999. Il n’a été adopté en France qu’en 2016.

Carte Prostitution

Mots-clés insolite