Clicky

Evitez Twitter et Facebook si vous êtes dépressifs

Twitter, Facebook et tous les autres sont des outils vraiment fantastiques. Grâce à eux, on peut tailler le bout de gras avec des millions de personnes venues des quatre coins du monde en quelques clics et sans avoir besoin de se casser la tête. Oui, ces services sont vraiment géniaux, mais ils ne sont pas sans dangers pour autant.

Des chercheurs travaillant pour l’Université de Pittsburgh et plus précisément pour la division consacrée à la recherche médicale ont effectivement mené une enquête afin de déterminer l’impact réel des réseaux sociaux sur notre vie et sur nos névroses.

Dépression Réseaux Sociaux

Les réseaux sociaux jouent visiblement un rôle dans la dépression.

Ils ont donc interrogé environ 1 800 personnes vivant aux Etats-Unis, des personnes âgées entre 19 et 32 ans.

L’étude a porté sur 1 800 personnes vivant aux Etats-Unis

Après les avoir soumis à un long questionnaire, ils se sont rendus compte que ces personnes passaient en moyenne 61 minutes par jour sur les plateformes sociales telles que Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat, Reddit, Pinterest, Google+, LinkedIn, Vine ou même Tumblr.

Pas mal, d’autant qu’ils se connectent aussi à ces services une trentaine de fois… par semaine.

Après avoir mis en corrélation ces informations avec d’autres critères tels que l’âge, le sexe, la culture, la situation maritale et la dépression, ils se sont rendus compte que les personnes les plus connectées avaient aussi 1,7 fois plus de chances de devenir – ou d’être – dépressives.

Pourquoi ? En réalité, les explications sont nombreuses et les théories ne manquent pas.

Je pense que vous vous en êtes rendus compte mais les gens cherchent toujours à véhiculer une image positive de leur personnalité et de leur vie sur les réseaux sociaux. Une imagine positive, et un brin idéalisée.

Les internautes véhiculent toujours une image positive de leur vie

Lorsque les utilisateurs comparent cette vision à leur propre vie, ils peuvent donc ressentir de l’envie, de la frustration et parfois même de la déception.

Ils ont alors l’impression que leur propre vie est moins intéressante, moins amusante, et se sentir du même coup un peu déprimés.

Lui yi Lin, un des auteurs de l’étude, pense aussi que les personnes en dépression ont plus tendance à se tourner vers les réseaux sociaux pour combler un vide dans leur vie et cela peut aussi expliquer pourquoi les personnes qui passent beaucoup de temps sur ces plateformes sont aussi généralement plus fragilisées que les autres.

Et ça, bien sûr, c’est sans parler du cyber-harcèlement qui s’est bien développé ces dernières années.

Moralité, si vous ne vous sentez pas super bien dans vos chaussettes, alors il sera peut-être préférable de lever un peu le pied et de vous détourner de ces plateformes pour vous concentrer sur votre vie et sur celle de vos proches.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.