Évitez de partager vos DivX pirates sur Facebook

Un Californien âgé d’une vingtaine d’années risque de passer les trois prochaines années de sa vie en prison pour avoir partagé le DivX pirate du film Deadpool sur Facebook.

Facebook a été inventé pour rapprocher les gens et pour leur permettre d’échanger et de partager des brèves de leur vie. Les années passant, la plateforme a réussi à fédérer une des plus importantes communautés en ligne et elle compte ainsi près de deux milliards d’utilisateurs mensuels.

Deadpool Facebook

La plupart des internautes se contentent d’utiliser le service pour partager leurs pensées ou leurs contenus, mais il arrive parfois que certains utilisateurs publient des choses illégales.

Il a partagé la version pirate de Deadpool sur Facebook

Trevon Maurice Franklin en sait quelque chose. L’année dernière, ce Californien originaire de Fresno a en effet eu la très mauvaise idée de partager sur sa page personnelle une copie pirate du film Deadpool.

Pour ne rien arranger, il l’a fait à peine une semaine après la sortie du film dans les salles obscures.

Il pensait sans doute que sa contribution passerait inaperçue, mais cela n’a pas été vraiment le cas. Pire, la vidéo est rapidement devenue virale et elle a ainsi atteint les cinq millions de vues en l’espace de quelques semaines.

Bien sûr, Twentieth Century Fox a rapidement entendu parler de l’affaire et le studio a immédiatement demandé à ses avocats de faire le nécessaire. Ces derniers ont donc déposé une plainte formelle et les fédéraux ont immédiatement lancé une enquête dans la foulée afin d’identifier la personne à l’origine de la fuite.

Il risque trois ans de prison

Les enquêteurs n’ont pas eu besoin d’aller chercher bien loin pour remonter les traces de Trevon puisque ce dernier avait partagé le film avec son compte personnel, sans prendre soin de masquer son IP ou même de couvrir ses traces.

L’homme a été emmené au poste et interrogé pendant de longues heures. Après avoir longuement feuilleté le dossier remis par les enquêteurs, le bureau du procureur a décidé d’entamer des poursuites à son encontre et il devra donc répondre prochainement de ses actes devant un tribunal.

Les autorités le poursuivent en effet pour reproduction et distribution d’un contenu protégé par les droits d’auteur. En conséquence, Trevon s’expose à une peine maximale de trois ans.

Si vous aviez dans l’idée de partager des DivX sur Facebook, il sera donc préférable de ne pas le faire et de vous abstenir.

Mots-clés facebookweb