Évitez d’insulter la police sur Facebook

Facebook n’est pas une zone de non-droit et c’est précisément ce que prouve cette affaire. Un homme de trente-six ans a en effet été condamné à quatre mois de prison fermes et à une amende de 1500 € après avoir insulté des policiers sur le célèbre réseau social.

L’affaire remonte au 3 mars dernier. Très remonté contre les forces de l’ordre, le prévenu a publié sur une page Facebook consacrée aux radars et aux barrages du département des Alpes Maritimes une photo mettant en scène trois fonctionnaires de police en train d’effectuer un contrôle de vitesse à proximité de Cagnes-sur-Mer.

facebook-wifi

L’homme n’avait pas pris soin de flouter le visage des trois policiers et ces derniers étaient donc facilement identifiables.

Il a publié une photo de trois policiers sur Facebook

Pour ne rien arranger, la photo s’accompagnait également d’un message particulièrement sarcastique : « Volaille qui picore Cagne sur mer juste avant la Cravache d’Or ».

Étonnamment, la police locale n’a pas apprécié le clin d’oeil et elle a donc pris la décision de poursuivre l’internaute pour outrage. L’affaire a été jugée en fin de semaine dernière et le tribunal a ainsi statué en faveur du plaignant, retenant l’outrage caractérisé du message.

Selon la justice, la publication postée sur le groupe portait en effet atteinte à la dignité et/ou au respect des fonctionnaires. L’outrage envers les dépositaires de l’autorité publique a été retenu.

L’outrage a été retenu par le tribunal

Manque de chance pour le prévenu, le casier de ce dernier n’était pas vierge et le tribunal a donc condamné l’homme à une peine de prison ferme de quatre mois ainsi qu’à une amende de mille cinq cents euros à titre de dommages et intérêts. Une somme qui sera répartie entre les trois policiers mis en scène sur la photo.

Le prévenu s’est présenté au tribunal sans avocat. Il a déclaré ne pas comprendre la décision du tribunal et il l’a fait savoir durant le procès:

« Si j’ai eu maille à partir avec la justice, c’est loin et sans rapport avec des outrages. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. »

Mots-clés facebook