Evitez les sites pornos si vous tenez à votre smartphone

Bluecoat, une boite spécialisée dans la sécurité, vient de rendre un nouveau rapport consacré aux menaces liées à l’univers du mobile et les conclusions du document sont édifiantes. Le porno figure désormais en bonne tête parmi les sources d’infection les plus fréquentes. Si vous tenez réellement à votre smartphone, il sera sans doute préférable d’éviter ce genre de sites à l’avenir.

Le consommateur lambda ne s’en rend pas toujours compte mais les smartphones sont de véritables ordinateurs à part entière. Ils offrent une puissance de calcul équivalente, certes, mais ils s’exposent aussi aux mêmes risques.

Infections sites pornos

La plupart des virus se propagent désormais par l’intermédiaire des sites pornos.

Cela vaut évidemment pour les malwares et pour les virus. Un téléphone peut aussi être victime d’une infection. Cheetah Mobile avait d’ailleurs rendu un rapport alarmant l’année dernière et la France comptait ainsi plus de 2,9 % de terminaux vérolés.

Le smartphone est un ordinateur comme les autres

Tous les virus n’ont évidemment pas les mêmes objectifs mais certains d’entre eux sont particulièrement dangereux.

Ce n’est même rien de le dire puisqu’il existe des virus capables de récupérer toutes les données privées stockées sur un terminal. Les documents, bien sûr, mais également les photos, les vidéos ou encore les mots de passe.

D’autres peuvent carrément appeler des numéros surtaxés à l’insu de l’utilisateur. Et ça, c’est sans parler de tout ce qui est en lien avec les paiements mobiles.

Mais d’où viennent ces virus ? Ils peuvent avoir différentes origines, bien sûr.

D’après le rapport rendu par Bluecoat, la plupart des infections détectées en 2014 provenait de campagnes de malvertising diffusées par des régies vérolées (19,69%). Exactement comme ce qui s’est passé récemment avec xHamster, YouPorn et Pornhub en somme.

Les sites pornographiques représentent plus de 36% des infections sur mobile

La pornographie, elle, arrivait en troisième position du classement avec un score de 16,55%. Plutôt raisonnable, pas vrai ?

La tendance s’est totalement inversée en 2015. Les régies ont visiblement sécurisé leurs plateformes puisque les publicités ne représentent plus que 4,83% des infections.

Ce sont donc les sites pornos qui se retrouvent sur le devant de la scène. Dans plus de 36% des cas, les virus et les malwares se propageraient effectivement par l’intermédiaire d’un site de ce genre.

Est-ce vraiment surprenant ? Pas vraiment. Le web mobile a littéralement explosé ces derniers mois et tous les éditeurs ont pu le constater. Chez moi, le mobile représente désormais plus de 60% du trafic total et c’est exactement la même chose pour… les recherches passées sur Google.

Quoi qu’il en soit, ce sont les éditeurs d’antivirus qui doivent se frotter les mains. De nouvelles perspectives s’ouvrent à eux désormais.

Notez pour finir que le rapport est disponible à cette adresse. Il faut cependant laisser votre nom et votre adresse mail pour pouvoir le télécharger.

Via