Cet appareil peut extraire de l’eau à partir de l’air

Le MIT a développé un appareil capable d’extraire de l’eau à partir de l’air. De l’extraire, mais aussi de le stocker. Il fonctionne dans des environnements relativement secs et il pourrait par conséquent sauver de nombreuses vies dans un avenir proche.

L’appareil en question a été élaboré par un groupe de plusieurs chercheurs travaillant pour le MIT et l’Université de Californie à Berkeley. Il s’agit en effet d’un projet commun entre les deux établissements.

Solar Powered Harvester

Le Solar-Powered Harvester, c’est son nom, fonctionne grâce à un matériau spécial connu sous le nom de metal organic framework (MOF).

Un appareil fonctionnant à l’énergie solaire

Ce matériau n’est pas récent et il a été utilisé à de nombreuses reprises par le passé dans des expériences similaires. Contrairement aux feuilles de métal traditionnelles, il est élaboré à partir d’aluminium et de magnésium couplé à des molécules organiques.

Ces dernières sont disposées afin de créer des structures poreuses rigides capables d’extraire des gaz ou des liquides de l’air. Les chercheurs ont donc utilisé ce procédé afin de pouvoir extraire l’eau de l’air.

Le metal organic framework utilisé dans cet appareil contient ainsi un mélange de zirconium et d’acide adipique capable de lier la vapeur d’eau. L’air ambiant est ainsi comprimé dans un absorbeur couplé à une plaque de condensateur. Il se diffuse ainsi à travers les cristaux composant le MOF et les molécules d’eau s’accrochent ensuite aux surfaces placées en dessous. Elles s’assemblent ensuite en cube avant d’être poussées en direction du condensateur pour devenir de l’eau.

2,8 litres d’eau produits en 12 heures

Les chercheurs ont mis au point un premier prototype et ils l’ont testé dans des environnements contenant entre 20 et 30 % d’humidité dans l’air. L’appareil a été en mesure de récolter 2,8 litres d’eau sur une période de douze heures en utilisant un kilogramme de metal organic framework.

Le rendement est correct, mais les scientifiques pensent pouvoir faire encore mieux et ils sont donc en train de développer un nouveau prototype plus performant.

Si le MIT et l’Université de Californie travaillent sur ce projet commun, ce n’est pas uniquement pour la beauté de la science. Les deux tiers de la population mondiale n’ont effectivement pas accès à l’eau courante et cet appareil pourrait donc améliorer leurs conditions de vie.

L’étude de ces chercheurs a été publiée dans la revue Nature.

Mots-clés mitnopub