Clicky

Extraterrestres : le premier contact se fera peut-être avec leurs robots

Depuis des décennies, les chercheurs du SETI (recherches de l’Intelligence Extraterrestre) scrutent l’univers observable dans l’espoir de rencontrer un signe de vie extraterrestre. Pour ce faire, ils utilisent une panoplie d’instruments sophistiqués pour détecter des signaux radio étranges, des balises lumineuses clignotantes, ou des ombres traversant des étoiles. En tout cas, jusqu’ici, ils n’ont trouvé rien de concluant.

L’absence de signe de vie semble confirmer une théorie très populaire depuis quelque temps, la théorie selon laquelle l’humanité serait la seule civilisation intelligente dans l’univers. Une explication plausible serait ce que les experts appellent le « grand filtre ». Cette hypothèse suggère que le progrès technologique crée autant de problèmes qu’il en résout et que, si les exocivilisations ont existé, elles se seraient tuées elles-mêmes.

Pulsar Alien

Toutefois, le temps et l’espace sont si vastes qu’il n’est pas permis pour un esprit scientifique d’exclure la probabilité de l’existence des exocivilisations. Les chercheurs pensent d’ailleurs que la première rencontre du troisième type pourrait se faire via les robots extraterrestres.

Un arc difficile à éviter

Selon la logique, si l’évolution d’une civilisation d’un autre monde est similaire à la nôtre, nous pourrions avoir affaire à une forme d’intelligence relativement supérieure. « En 1900 vous avez eu la radio ; en 1945, vous aviez des ordinateurs », a argumenté Seth Shostak, chercheur principal à l’Institut SETI. « Il me semble que c’est un arc difficile à éviter. » Ainsi, il semblerait que l’informatique numérique précède inévitablement l’intelligence artificielle.

« Il y a actuellement une révolution de l’intelligence artificielle, et nous voyons l’intelligence artificielle devenir de plus en plus intelligente », a expliqué Susan Schneider, professeur agrégée de sciences cognitives et de philosophie à l’université du Connecticut. « Cela suggère pour moi quelque chose de similaire peut se produire à d’autres points dans l’univers. »

Une intelligence synthétique

En outre, d’après Schneider, « nous n’avons tout simplement aucune idée si la conscience pourrait être non biologique ». Cependant, des composants non biologiques pourraient être ajoutés aux êtres conscients. « Les sociétés qui survivent au grand filtre peuvent le faire à côté des machines », a-t-il expliqué.

« Je crains que les civilisations technologiques ne durent pas longtemps, mais si elles le font, il y a beaucoup de raisons de croire qu’elles seront post-biologiques », a-t-il poursuivi. « Ils vont améliorer leur cerveau vers l’intelligence synthétique. »

« J’essaie de garder un esprit très ouvert sur ce que nous recherchons. Quand SETI réussira, ce ne sera pas comme la science-fiction où nous trouverons quelque chose comme nous », a affirmé Jason Wright, professeur agrégé à Penn State. « Si vous voyez une molécule qui doit être synthétique, cela ne se produit pas dans la nature, alors c’est assez définitif ».

Mots-clés extraterrestres