Face à la polémique, Active Shooter est finalement retiré de Steam

La polémique n’aura pas eu besoin de perdurer dans le temps, Valve vient de statuer en défaveur de Revived Games, le studio à l’origine d’Active Shooter (un jeu de tir en milieu scolaire), dont le lancement était prévu le 6 juin prochain et le tarif compris entre 5 et 10 dollars.

Pour rappel – et comme nous l’expliquions il y a quelques jours – le titre de Revived Games, édité par ACID, avait pour projet de placer le joueur soit dans la peau d’un membre des brigades d’interventions (SWAT), soit dans celle du tireur fou lui-même. Un mode permettant d’incarner une victime cherchant à survivre était même envisagé par le créateur du jeu, qui s’est finalement vu barrer l’accès à Steam, la célèbre plateforme de téléchargements de Valve.

La simulation de tuerie de masse Active Shooter, dont le lancement était prévu sur Steam début juin, vient de se voir retiré du catalogue de la plateforme signée Valve.

Plutôt que de procéder à une suppression ciblée uniquement sur le titre pour faire suite aux fortes controverses ayant pesé sur ce dernier, la firme de Gabe Newell a en effet opté pour un bannissement pur et simple de Revived Games, mais aussi d’ACID, de Steam. Il faut dire qu’Ata Berdiyev, l’homme à l’origine à la fois du studio et de l’éditeur d’Active Shooter, était connu pour ses pratiques douteuses au sein de l’industrie.

Active Shooter, une vérole à tous les étages…

« Ata [Berdiyev], est un troll avec tout un historique de fraudes, de non respect des droits d’auteurs, et de manipulation des évaluations utilisateurs » estime ainsi  Doug Lombardi, le porte parole de Valve, qui ajoute que la firme prévoit en outre « d’élargir la discussion sur la politique de Steam en matière de contenus« .

Comme nous l’indiquions dans notre premier article sur Active Shooter, son studio de développement s’était fait notamment connaître en commercialisant des titres conçus grâce à la méthode de l’asset-flipped. Une technique qui permet de créer très rapidement un jeu en réutilisant au maximum structure et le moteur graphique de jeux third-party déjà commercialisé.

Du copier coller à grande échelle qui en disait finalement long sur la mentalité régnant du côté de Revived Games et de son éditeur… qui n’auront dorénavant plus droit de cité sur Steam.