Facebook a censuré des cartes de vœux

Facebook a souvent la main lourde en matière de modération et c’est précisément ce que prouve cette nouvelle gaffe. Le géant des réseaux sociaux a en effet censuré des cartes de vœux sous prétexte qu’elles étaient un peu trop… cochonnes.

Facebook n’est pas franchement réputé pour son ouverture d’esprit et le géant des réseaux sociaux applique ainsi des règles extrêmement strictes en matière de contenus.

Pioupiou

Les utilisateurs de la plateforme n’ont ainsi pas le droit de partager des photos ou des vidéos sexuellement explicites et ils ne peuvent pas non plus publier des nus artistiques dévoilant des poitrines ou des sexes sous peine de recevoir un appel à l’ordre de la part de l’entreprise.

Facebook a parfois la main lourde en matière de modération

Facebook a cependant mis en place des exceptions pour les œuvres d’art ou même pour les contenus présentant des scènes d’allaitement.

Jackie Charley connaît les règles imposées par l’entreprise sans pour autant se sentir très concernée. Cette artiste peintre ne s’intéresse en effet ni au nu ni à l’érotisme ni même à la pornographie et elle préfère ainsi se focaliser sur les objets de la vie quotidienne, les animaux ou encore les paysages.

La semaine dernière, notre héroïne ordinaire a donc partagé sur le célèbre réseau social une photo de ses dernières créations, des cartes de vœux réalisées spécialement pour les fêtes de fin d’année. Relativement sobres, ses créations mettaient en scène un moineau, un écureuil et un cerf, le tout avec un trait très stylisé et des couleurs acidulées.

Elle souhaitait en effet profiter des fêtes pour pouvoir vendre quelques cartes et arrondir ainsi ses fins de mois.

Les cartes de vœux ont été supprimées de la plateforme

Le destin, et les modérateurs de la plateforme, en ont cependant décidé autrement et la publication de notre artiste a ainsi été supprimée quelques minutes à peine après sa mise en ligne. De son côté, Jackie a reçu un message de Facebook l’avertissant que son message ne respectait pas les conditions d’utilisation fixées par la plateforme.

En réalité, c’est même pire, car ses cartes de vœux ont été jugées comme étant sexuellement explicites.

Amusée, Jackie n’a pas pu résister à l’envie de partager sa mésaventure avec le plus grand nombre et son histoire a beaucoup tourné dans les heures suivantes sur Facebook et Twitter.

Facebook a bien évidemment fini par sortir de son silence et un porte-parole de l’entreprise a ainsi déclaré que les outils de modération utilisés par la plateforme avaient fait preuve d’un peu trop zèle.

On le croira sans peine.

En attendant, si le coeur vous en dit, l’Etsy de l’artiste est dispo ici.

Crédits Image

Mots-clés facebookweb