Clicky

Facebook a censuré Frédéric Beigbeder

Frédéric Beigbeder a une dent contre Facebook. Le célèbre romancier a en effet vu une de ses publications disparaître quelques minutes à peine après sa publication et il n’a évidemment pas apprécié la plaisanterie.

L’affaire remonte à la fin du mois d’août et plus précisément au décès de l’incontournable Mireille Darc. Touché par la disparition de la célèbre actrice, le romancier a publié sur Facebook un message pour lui rendre hommage en utilisant une photo prise quelques années plus tôt par le photographe marseillais Francis Giacobetti.

Beigbeder Facebook

Seul problème, sur cette photo, l’actrice apparaissait seins nus.

Frédéric Beigbeder a une dent contre Facebook

Facebook a bien évidemment repéré la photo et les modérateurs du réseau social ont supprimé la publication dans la foulée.

Frédéric Beigbeder a été extrêmement choqué de voir la photo disparaître de Facebook et il l’a fait savoir par le biais d’un second message publié un peu plus tard sur son profil : « J’ai été puni par Facebook depuis que j’ai publié une photo du téton de Mireille Darc. Ma première réaction a été de m’en foutre. Et puis… dans un second temps, je me suis dit que cette censure était tout de même grave ».

Il a ensuite poursuivi, en mettant la décision de Facebook en perspective : « Si l’État censurait cette photo, le scandale serait immense. Or nous acceptons d’être censurés et punis comme dans les années 1950 en France, pays de liberté, de tolérance, de modernité, de féminité, de sexualité… Devons-nous accepter de revenir soixante ans en arrière simplement parce que Mark Zuckerberg le décrète ? »

Et si l’État se mettait lui aussi à censurer des contenus ?

Et de terminer ensuite : « Je vous pose la question. Personnellement, je réfléchis encore à la punition que je vais infliger à Facebook pour excès de puritanisme dans mon pays ».

Facebook est très régulièrement attaqué en raison de sa politique stricte en matière de contenus. Encore plus en raison du zèle dont font parfois preuve les algorithmes et les modérateurs de la plateforme. Ces derniers ont en effet tendance à avoir la main lourde et ils censurent ainsi très souvent des œuvres d’art. L’Origine du Monde en a fait les frais, mais elle est très loin d’être la seule dans ce cas.

S’il est tout à fait légitime que la plateforme interdise la publication de contenus pornographiques, on peut légitimement se demander s’il est justifié de supprimer des photos d’art en raison de la présence d’un simple mamelon féminin. Encore plus lorsqu’on sait que les mamelons masculins sont tout à fait autorisés, eux.

Crédits Image

Mots-clés facebookweb

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • palavas

    Tu utilise un service en acceptant ses règles, point. Facebook n’est pas d’utilité publique il me semble.

    • Dominique Fouet

      La modération à la serpe, tu as le droit d’aimer, quand on signale des comptes d’islamiste radical, cela ne contrevient pas à leur « standards ».

      • C’est faux. Les propos terroristes et radicaux sont interdits par les conditions d’utilisation et par la réglementation américaine appliquée dans ce cas.

        • Claude Potain

          Interdits peut-être mais règles pas appliquées, c’est bien tout le problème.

  • ipfix

    il y a des jeunes sur facebook nous devons les protéger du monde des adultes

    • Dominique Fouet

      Vous êtes mûrs pour l’Arabie Saoudite ou la Corée du Nord vous.

    • Facebook est interdit aux enfants de moins de 13 ans. Ensuite, on parle ici d’une photo d’art prise par un grand photographe, et pas d’une double pénétration filmée par Jacquie et Michel. La nuance est importante.

      En ce qui me concerne, j’ai trois enfants à la maison. Ma belle-fille la plus âgée à 14 ans et elle est simplement autorisée à utiliser Instagram et Snapchat. Son ordinateur est équipé d’un système de contrôle parental. Je sais donc comment elle l’utilise.

      Mon autre belle-fille a 11 ans. Elle n’a pas encore de smartphone et elle n’a pas le droit d’aller sur les réseaux sociaux. On l’autorise à aller sur YouTube, mais on surveille aussi ce qu’elle regarde.

      Ma fille a quatre ans. Elle n’a pas de tablette, mais elle a le droit d’aller de temps en temps sur Netflix pour regarder des dessins animés. Elle a sa session, une session Kids limitée aux contenus pour enfants.

      En parallèle, on parle souvent des dangers et des dérives du web. J’ai déjà expliqué aux grandes les dangers des sextos et elles savent que tout ce qui est publié sur Internet ne peut pas être effacé. Pas facilement, en tout cas. Je leur ai aussi appris à ne pas parler à n’importe qui et à se méfier de ce que les gens prétendent être.

      Je ne pense pas être un père ou un beau-père laxiste. Maintenant, cela ne m’empêche pas aussi d’être agacé par la politique puritaine de Facebook et consort.

  • Gorumax

    Ce que l’ont a pas encore compris , c’est que publier quelque chose sur internet , est le mettre en ligne pour le monde entier , pas seulement pour la France . On prône la diversité culturelle , alors prônons aussi le respect des autres cultures , et internet n’échappe pas à la règle . X dans un pays n’est pas la même chose dans un autre et si cela est valable dans ce pays , alors le partager sur le web le rend mondial , donc , potentiellement choquant pour Y ou Z ou va savoir …

    Facebook à des règles qu’on est invité à lire avant d’accepter de s’inscrire . Il les à zappé (comme nous tous ) , mais après , faut pas venir ce plaindre …

    • Fafa Trevisan

      tout à fait d’accord avec vous!!!

    • Oui, et non.

      Interdire la pornographie, c’est logique pour un service comme Facebook. Toutefois, ici, on parle d’une photo et donc d’une oeuvre de l’esprit. Censurer l’art n’a rien d’anodin.

      Concernant les mamelons, si Facebook doit réellement les interdire, alors pourquoi se limiter aux tétons féminins ? Pour moi, c’est du sexisme et de la discrimination, c’est tout.

      En outre, si je suis votre raisonnement, alors il faudrait lisser tous les contenus de tous les sites, ce qui reviendrait à censurer les éditeurs et la presse. Un acte qui porterait directement atteinte à la liberté d’expression.

      Pour finir, il faut savoir que certains pays interdisent les critiques politiques. Dans certaines nations, les femmes n’ont pas non plus le droit de montrer leur visage. Si nous appliquions votre méthode, il faudrait également interdire toutes les tribunes/analyses politiques et toutes les photos de portraits féminins.

  • franck016

    Donc tout le monde est d’accord avec le fait qu’un seul homme décide tout seul de ce qui est correct ou non? Dans le monde réel cela s’appelle une dictature!!!

    • Ce qui est correct ou non sur son site. Tout comme si vous venez chez moi, vous ne pourrez pas fumer.
      Et ce n’est pas un seul homme, il y a une armée de modérateurs qui appliquent les règles que tous les utilisateurs du site ont accepté.

  • Karine Christophe Verbeke

    alors une photo de teton de mireille darc je ne trouve pas cela choquant par contre j’ai signalé une vidéo d’une asiatique qui accouche en pleine rue son bébé tombe au sol c’est insoutenable facebook m’a répondu que la vidéo n’allait pas à l’encontre de leur critère bon !!!! j’ai un doute sur l’éfficacité des modérateurs

    • Pas mieux. J’avais signalé une vidéo montrant un cadavre et Facebook m’avait répondu qu’elle ne dérogeait pas aux conditions d’utilisation du service.

  • dionysiac

    J’ai une proposition de réponse à faire à Beigbeder et à tous ceux qui se plaignent du puritanisme de Facebook : arrêter d’utiliser ce site qui représente l’impérialisme américain en matière de communication et d’information, et trouver d’autres moyens pour communiquer avec ses fans (un blog, par ex, hébergé sur un site comme Médiapart ou un autre du même genre). Ca me paraît être la réponse la plus appropriée, car nul n’est obligé d’utiliser ce mode de communication.

    • Exactement, ceux qui ne sont pas contents des conditions d’hébergement de Facebook n’ont qu’à publier ailleurs.
      Facebook, ce n’est pas Internet!