Facebook a réduit à néant une ferme à trolls

Le patron de Facebook a annoncé plus tôt dans l’été la fermeture de comptes et de pages russes présents sur le réseau social. Selon le Nouvel Obs, ces comptes ont été créés et utilisés par une « ferme à trolls » russe pour influencer les résultats des élections américaines de novembre.

Les résultats des investigations auraient ainsi démontré les liens existants entre la Federal News Agency (FAN) et l’Internet Research Agency (IRA), une agence proche du Kremlin.

Les conclusions dévoilées par Facebook parlent de contenus destinés à manipuler l’information et l’opinion publique à travers la diffusion de contenus à caractère tendancieux. Ces articles sont les fruits de l’IRA, une organisation qui a déjà été associée à de maintes reprises à des campagnes de propagande et de manipulation sur le web.

Cette information, qui fait actuellement le tour d’internet, remet sur la table les implications des agents des fermes à trolls russes dans la désinformation.

Ferme à trolls : un processus bien rodé

Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de ces cyberacteurs qui s’affairent sur les réseaux sociaux pour répandre des informations prorusses ou discréditant les politiques occidentales. Ils appartiennent à une agence qui agit à grande échelle sur internet, à travers des blogs, sur les médias sociaux.

Connue sous l’appellation Agence d’investigation de l’internet (IRA), ses collaborateurs traitent différentes thématiques et alimentent les discussions avec des commentaires et des contenus, en suivant des consignes strictes visant à faire remonter les résultats prorusses dans les résultats de recherche.

Faire le tri pour identifier les faux comptes et les trolls

Avec les récents déboires de Facebook dans l’affaire Cambridge Analytica, le réseau social tient actuellement à redorer son image en mettant en place des actions correctives par rapport à sa politique d’administration et de gestion des comptes et des données.

Selon Mark Zuckerberg, les actions visant à tromper et à manipuler les gens à travers le monde doivent être bannies de Facebook. Les éléments rassemblés font ressortir que la Federal News Agency, sous le contrôle et la direction de l’IRA a clairement eu des implications influençant les résultats de l’élection présidentielle de 2016.

En tout cas, entre les faux comptes tels que celui de la célèbre blogueuse Jena Abrams sur Twitter et ces histoires de trolls, on entre dans l’avènement d’une véritable guerre informationnelle.

Mots-clés facebookweb