Facebook axe ses efforts sur la modération de contenus et la lutte contre les infox

En tant que plus grand réseau social au monde, Facebook est confronté à pas mal de défis. D’autant plus que la plateforme elle-même a été le théâtre de nombreuses controverses, si ce n’est que pour citer les infox, l’ingérence électorale ou encore la censure.

Actuellement, Facebook multiplie les efforts pour prouver aux législateurs et à ses utilisateurs qu’il n’est pas laxiste. D’ailleurs, le lundi 28 janvier 2019, Facebook a annoncé qu’il allait mettre en place un conseil indépendant pour modérer les contenus et examiner ceux qui ont été retirés. Ce conseil indépendant aura le pouvoir d’influencer les décisions de la société quant à la gestion des contenus.

Pour cela, Facebook demande conseil aux groupes de réflexion, aux chercheurs et autres analystes sur la manière dont ce conseil indépendant pourrait être structuré. En particulier, le réseau social aimerait avoir des recommandations sur le fonctionnement de cette nouvelle institution.

Facebook multiplie les mesures de contrôle avant les prochaines élections

Pour l’heure, on sait que le conseil indépendant sera composé de 40 membres, qui auront chacun un mandat de 3 ans, prolongeable ou réductible selon les besoins de la société. De plus, Facebook a présenté des solutions pour mieux lutter contre la désinformation et l’ingérence électorale, surtout, avant l’arrivée des élections parlementaires européennes prévues en mai 2019. Ces solutions comprennent l’utilisation d’un logiciel permettant de contrôler les annonces politiques à l’échelle mondiale.

L’entreprise prévoit également de créer des « centres d’opérations régionaux » dans les bureaux de Singapour et de Dublin afin de permettre à Facebook de prévenir, identifier et supprimer les infox, les discours incitant à la haine ou visant à influencer le choix des électeurs avant la tenue des élections.

Facebook mettra en place un conseil indépendant respectant les recommandations de divers experts mondiaux

Nick Clegg, le nouveau responsable des affaires mondiales et des communications de Facebook, a déclaré dans son premier discours public, lors d’un événement à Bruxelles que Facebook travaillait à créer des outils permettant de protéger et contribuer positivement au respect de la démocratie. Il a également soulevé la problématique du rôle des données à caractère personnel dans l’économie de l’internet.

À l’heure actuelle, Facebook fait appel à des spécialistes externes en matière de protection de la vie privée, de journalisme, de droits civils et d’autres sujets pour mettre en place une feuille de route que suivra le nouveau conseil de modération et d’analyse des contenus.

Cregg affirme que Facebook veut prouver qu’il est capable de « rendre un jugement indépendant, transparent et respectant la vie privée » des utilisateurs.

Mots-clés facebookweb