Quand Facebook donne de l’argent aux adolescents qui acceptent d’installer un outil de collecte de données

Facebook a secrètement payé des personnes pour installer un outil portant le nom de « Facebook Research ». Cette application permettait à l’entreprise de collecter toutes les données numériques et téléphoniques des utilisateurs. Elle était donc assez similaire à l’application Onavo Protect de Facebook, signalée par Apple en juin 2018 et retiré en août.

Selon les informations de TechCrunch, Facebook a reconnu utiliser ce programme de recherche pour collecter des informations sur les habitudes des utilisateurs.

En effet, depuis 2016, Facebook versait 20 dollars par mois en cartes cadeaux aux utilisateurs entre 13 et 35 ans qui acceptaient de lui vendre les détails de leur vie privée en installant l’application Facebook Research sur Android ou iOS.

Facebook accède à toutes les informations confidentielles des internautes à travers Facebook Research

Apparemment, Facebook contrôlerait l’application par l’intermédiaire des services de test bêta uTest, BetaBound et Applause.

Certains documents font référence à l’application sous le nom de Project Atlas, un programme censé avoir pour objectif d’identifier les nouvelles tendances et les éventuels concurrents de Facebook dans le monde entier. L’expert en sécurité Will Strafach, de Guardian Mobile Firewall, a regardé de plus près l’application de Facebook.

Il a ainsi déclaré que si Facebook exploite pleinement l’accès que lui donnent les utilisateurs en installant ladite application, l’entreprise pourrait alors accéder à de nombreuses informations confidentielles telles que les messages privés des utilisateurs sur leurs comptes de réseaux sociaux, leurs discussions en ligne dans les applications de messagerie, y compris les photos et vidéos envoyés à des tiers. De plus, Facebook aurait également accès aux e-mails et à l’historique de navigation Web des utilisateurs ainsi qu’aux flux de toutes les applications de localisation installées sur l’appareil de l’utilisateur.

Apple a prévenu des pratiques de collecte de données illicites de Facebook

Pour rappel, le PDG d’Apple, Tim Cook, a de nombreuses fois critiqué les pratiques de collecte d’informations mises en place par Facebook. D’ailleurs, ce dernier semble ne se donner aucune limite pour accéder aux données de ses utilisateurs qui utilisent Android ou iOS, et ce, quitte à violer les règles établies par Apple.

En tout cas, Apple semble être au courant de la situation. Pour le moment, le géant de la technologie n’a pas fait de déclaration à la presse, mais tout porte à croire qu’Apple pourrait tout faire pour empêcher Facebook de répandre davantage Facebook Research.

Facebook, de son côté, a critiqué les conclusions de TechCrunch. Pour l’entreprise, certains faits ont été ignorés et l’application en question n’agissait pas le moins du monde dans le secret. Il ne s’agissait donc pas d’une application espion et les participants savaient parfaitement dans quoi ils s’engageaient. En outre, seuls 5% d’adolescents auraient rejoint le programme, avec des autorisations parentales signées.

MAJ : L’article a été modifié pour coller davantage aux faits.