Facebook et Twitter dans le viseur de la Russie pour un procès judiciaire

Alexandre Jarov, le patron de l’organe russe de régulation des médias,  a annoncé sur la chaîne de télévision Rossiya24 que les dirigeants de Facebook et de Twitter avaient très exactement un mois pour informer Roskomnadzor des détails sur la mise en œuvre effective actuelle ou future de la législation russe.

La Russie reproche à Facebook et à Twitter de ne pas respecter la législation russe qui les oblige à stocker les données personnelles des utilisateurs russes sur un serveur se trouvant sur leur territoire.

facebook-wifi

Il s’agit d’une loi instaurée par l’État russe concernant internet et Moscou veille à ce que tous les services en ligne s’y conforment.

Si les deux réseaux sociaux américains ne donnent pas suite aux requêtes de l’organe de régulation Roskomnadzor, la Russie lancera un procès contre eux.

Des mesures quelque peu draconiennes

Pour veiller au respect de leur législation, l’État russe fait payer aux accusés des amendes de quelques milliers de dollars. Dans certains cas, la Russie ordonne même que le service en ligne soit complètement bloqué sur l’ensemble de son territoire. C’est par exemple le cas du célèbre réseau social professionnel LinkedIn qui a refusé de se soumettre aux lois russes.

Pour Facebook et Twitter, Jarov a annoncé qu’ « une amende sera imposée » pour les deux plateformes si elles ne respectent pas les lois russes. Il faut dire que la Russie a mis en suspens sa décision de bloquer les services en ligne incriminés.

Le système utilisé actuellement ne permet pas encore d’effectuer des blocages précis et risque donc d’engendrer des dommages collatéraux.

Facebook et Twitter suivront-ils le pas des autres services en ligne ?

Facebook et Twitter ne sont pas les premiers à être rappelés à l’ordre par l’État russe. LinkedIn a déjà trinqué face aux sanctions de la Russie après avoir refusé de se soumettre à sa législation. Le service de messagerie Telegram a failli subir le même sort que LinkedIn sauf que son blocage a également privé la Russie d’autres services en ligne connexes.

Le pays a de ce fait réautorisé l’accès au service de messagerie.

La chaîne BBC est aussi dans la ligne de mire de Roskomnadzor. La Russie lui reproche de répandre les concepts de l’État islamique. Selon Jarov, ses programmes sont désormais surveillés en permanence.

Les portes parole de Facebook et de Twitter n’ont pas encore donné suite à la requête de la Russie.