Clicky

Facebook et YouTube seraient les deux services qui exposent le plus les enfants au sexe, à la violence et aux suicides

Le NSPCC, l’association britannique la plus connue en matière de protection de l’enfance, a dressé un classement frappant des sites internet présentant le plus de risques pour les enfants. Facebook et YouTube figurent en tête de cette liste. Ce sont les plateformes qui exposeraient le plus les enfants à des contenus non appropriés pour leurs âges.

Ce classement est sorti au lendemain de l’annonce faite par le gouvernement britannique d’introduire des projets de loi qui vont non seulement régir les médias sociaux, mais aussi les sanctionner par des amendes pour accepter l’inscription d’utilisateurs de moins de treize ans sur leurs sites.

Le NSPCC a donné un avertissement à YouTube et Facebook après avoir recueilli les plaintes des parents et des jeunes utilisateurs de leur service.

Plus de quatre mille plaintes ont été recueillies

Le NSPCC a mené une enquête auprès des parents et des jeunes utilisateurs des réseaux sociaux pour savoir quels sont les sites présentant le plus de risques pour les enfants. Plus de quatre mille parents et jeunes se sont plaints auprès de NSPCC du fait que Facebook et YouTube exposent les enfants à des images choquantes montrant des scènes violentes, suicidaires et sexuelles.

Une jeune utilisatrice de seize ans a déclaré au NSPCC que ces contenus pour adultes apparaissaient parfois au beau milieu visionnage d’une vidéo inoffensive comme d’un tutoriel qui apprend à faire du make-up.

Carton rouge pour YouTube et Facebook

Le NSPCC et d’autres associations caritatives ont adressé une lettre au gouvernement britannique mentionnant la menace que représentent Facebook et YouTube en particulier pour le jeune public. Le secrétaire de la Coalition britannique pour la sécurité des enfants, John Carr, déplore un défaut de transparence de la part de ces deux plateformes.

John Carr déclare que ce manque de transparence a pour effet que les réseaux sociaux ne prennent pas de mesures de protection pour les enfants et même s’ils déclarent en adopter, aucun contrôle n’est effectué pour s’assurer de leur efficacité. C’est l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement britannique souhaite introduire des lois régissant ces médias sociaux dans les deux prochaines années.

Par ailleurs, Matt Hancock, le secrétaire à la Culture, a rajouté que les réseaux sociaux qui permettront aux enfants de moins de treize ans de s’inscrire sur leurs plateformes se verront attribuer une lourde amende. Une mesure qui concerne aussi bien Facebook que Snapchat, Twitter et même Instagram.

Mots-clés facebookwebyoutube

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !