Facebook : il ne sera bientôt plus possible de modifier le titre, l’image ou la description d’un lien

Facebook va mettre en place de nouvelles mesures afin de lutter contre les fake news circulant de temps à autre sur la plateforme. Il ne sera ainsi bientôt plus possible de modifier le titre, l’image ou la description d’un lien. Le futur sera immuable ou ne sera pas.

D’après le communiqué publié par le géant des réseaux sociaux, cette mesure sera effective à partir du 17 juillet prochain. Il semblerait cependant qu’elle soit active chez certains éditeurs. L’entreprise aurait donc opté pour un déploiement progressif.

IA Facebook

L’annonce, pour sa part, est plutôt claire, directe et sans fioriture.

Facebook ne permettra bientôt plus d’éditer les liens partagés sur le service

Facebook annonce en effet dans son article que les éditeurs et les utilisateurs n’auront plus la possibilité de personnaliser les métadonnées des liens à partir de cette date, et ce sur tous les canaux permettant de partager un lien sur le service.

Cette mesure ne concerne pas uniquement les profils privés et elle sera également prise pour les groupes et pour les pages.

Si Facebook a pris cette décision, c’est avant tout pour empêcher les utilisateurs de la plateforme de partager des fake news. D’après le communiqué, certaines personnes mal intentionnées modifiaient en effet les métadonnées de ces articles pour tromper la vigilance des internautes et tromper leur vigilance.

La mesure sera mise en place le 17 juillet

Les personnes désireuses de profiter de l’outil de prévisualisation de liens intégré à Facebook devront donc nécessairement passer par les données open graph pour les mettre en forme. Il faudra donc veiller à ce que vos pages comportent bien les balises og:titre, og:image et og:description dans leur header. Bien sûr, si vous utilisez un CMS, il suffira de fouiner dans les paramètres de votre plugin dédié au SEO pour les mettre en place, ou passer par une solution dédiée.

Quant à savoir si ces mesures seront réellement efficaces, c’est un tout autre débat et il faudra sans doute attendre encore quelques semaines pour en avoir le cœur net. Maintenant, si vous voulez le fond de ma pensée, les créateurs de fake news risquent de ne pas se sentir bloqués très longtemps puisqu’ils n’auront qu’à passer eux aussi par l’open graph pour pousser leurs contenus sur la plateforme.

Mots-clés facebookweb