Facebook : la BBC a découvert 22 profils de pédophiles

Facebook se retrouve une nouvelle fois dans une situation très compliquée. La BBC a en effet mené une vaste enquête sur la plateforme et elle a découvert plusieurs comptes tenus par des pédophiles reconnus. Pire, certains d’entre eux sont restés en ligne pas moins de trois semaines après leur signalement.

L’enquête a été menée par les membres de l’équipe de File on 4, une émission diffusée sur une des radios du groupe. Cette dernière se focalise essentiellement sur les enquêtes de fonds.

Pédophiles Facebook

La dernière émission diffusée porte sur la présence en ligne des pédophiles.

La BBC a découvert sur Facebook 22 profils liés à des délinquants sexuels

Les enquêteurs de la BBC ont en effet mené une enquête poussée suite au viol et au meurtre de Kayleigh Haywood. Âgée de seulement 15 ans, cette adolescente avait été contactée en 2015 sur Facebook par un homme âgé de vingt-huit ans, un certain Luke Harlow. Après quelques messages échangés sur la plateforme, elle a fini par lui donner son numéro de téléphone.

L’homme et l’adolescente ont alors commencé à entretenir une correspondance soutenue. Kayleigh pensait vivre une belle histoire d’amour.

Luke Harlow lui a alors proposé de venir chez lui passer la nuit. Après avoir hésité, l’adolescente a fini par accepter. Son corps a été retrouvé plusieurs jours plus tard. L’enquête a révélé qu’elle avait été tuée et violée par Harlow et par un de ses amis, un certain Stephen Beadman.

La BBC a donc mené une enquête poussée sur Facebook et elle a alors découvert pas moins de 22 profils appartenant à des hommes reconnus coupables d’infractions sexuelles liées aux enfants. L’un d’entre eux, un certain Bruce Cordwell, était d’ailleurs directement lié à l’affaire de Kayleigh  puisqu’il avait contacté lui aussi l’adolescente peu de temps avant son meurtrier. La police avait d’ailleurs remonté sa trace à l’époque de l’enquête portant sur le meurtre et l’homme avait été condamné à une peine de prison ferme.

Facebook a supprimé la plupart de ces comptes

Facebook, comme bon nombre d’autres plateformes sociales, interdit l’utilisation de ses services aux délinquants sexuels. La firme a même mis en place une page où les internautes peuvent signaler des profils. La BBC l’a utilisée pour signaler ses vingt-deux comptes. La plupart ont été fermés en moins de quarante-huit heures, mais six d’entre eux sont restés en ligne pendant environ trois semaines.

Bien sûr, la BBC a demandé des explications à la firme. Simon Milner, le responsable en charge du règlement sur le Royaume-Uni, a déclaré que ses équipes attendaient une confirmation de la part des autorités.

Reste que les plateformes sociales sont encore très utilisées par les pédophiles et les délinquants sexuels.

D’après les chiffres obtenus par File on 4, environ 7 000 cas de crimes sexuels en rapport avec les médias sociaux auraient été recensés durant ces trois dernières années au Royaume-Uni.

Mots-clés facebookweb