Facebook : l’arnaque à la vidéo est de retour

Deux utilisateurs de Facebook viennent de signaler, en ce début d’année, le retour de « l’arnaque à la vidéo ». En effet, ce n’est pas la première fois que les escrocs utilisent cette stratégie. De contenus similaires avaient déjà été repéré sur le réseau social, il y a un an et demi. Facebook, qui compte actuellement près de deux milliards d’utilisateurs, est un terrain de chasse idéale pour les arnaqueurs.

D’après les témoins, la victime commence par recevoir un message privé sous la forme d’un lien. Selon Anne-Laure, une fille de 15 ans, « ça ressemblait à une vidéo, mais avec comme vignette une photo de moi, et le nombre de vues : 291.161 ! ». Dès que la personne cible clique dessus, l’arnaque de propage rapidement vers tous les amis des celle-ci.

IA Facebook

Jusqu’ici, les experts ignorent ce que les piratent veulent exactement. Ce qui est certain, c’est qu’il s’agit d’un piège, probablement pour contrôler l’ordinateur de la victime. Il pourrait également s’agir d’une récolte d’informations pour des escroqueries futures.

« Il était trop tard »

« C’était il y a environ une semaine. J’ai reçu un message via Facebook Messenger, d’un ami avec qui je discute souvent », a expliqué Anne-Laure. En fait, les escrocs comptent sur la curiosité des personnes piégées qui croiront qu’il s’agit d’une vidéo sur elles. Heureusement, la jeune fille a été prudente et a demandé conseil à une amie.

« Elle m’a dit de ne surtout pas cliquer, que c’était sûrement une arnaque », a-t-elle raconté. Néanmoins, le virus a déjà contaminé son réseau : « par la suite, j’ai encore reçu deux messages identiques ». « J’ai voulu les prévenir, mais il était trop tard. Ils ne répondaient plus aux messages, leur compte avait sans doute déjà été piraté », a-t-elle poursuivi.

Ne pas cliquer sur le lien suspect

D’après un autre témoin, Nico, la personne qui clique sur le lien arrive sur « un site qui demande d’introduire ses login et mot de passe pour accéder à la vidéo ».

Olivier Bogaert, commissaire à la Computer Crime Unit de la Police fédérale, a expliqué que le pirate essaye d’installer un mini-programme sur le navigateur de l’utilisateur. « Cette extension est censée vous permettre de voir la vidéo », a-t-il affirmé. En réalité, il s’agit d’un petit virus.

Généralement, les escrocs auraient pour but d’installer un cheval de Troie (Trojan). « Il permet aux pirates, en fonction de sa programmation, de prendre directement ou ultérieurement le contrôle d’un ordinateur. Pour par exemple, l’utiliser dans un botnet, c’est-à-dire un réseau de machines infectées à partir desquelles les pirates pourront lancer des attaques sur des serveurs distants, par exemple », a-t-il précisé.

Les informations que les pirates obtiendront pourraient ensuite leur permettre de soutirer de l’argent aux abonnés, par différents moyens.

La meilleure manière d’éviter d’être piraté est, dans ce cas, de rester prudent. Il ne faut surtout pas cliquer sur le lien suspect.

Mots-clés facebookweb