Clicky

Facebook part (enfin) en guerre contre le Revenge Porn

Facebook a dévoilé cette nuit un nouvel outil assez particulier. Grâce à lui, la plateforme devrait effectivement être en mesure de bloquer les contenus assimilés au Revenge Porn et de sanctionner dans la foulée les comptes des personnes à l’origine de ces publications. Il risque donc d’être très utile aux utilisateurs – et utilisatrices – du service.

Le porno vengeur n’est pas né avec les réseaux sociaux. Il trouve en effet ses origines dans les années 80. C’est en effet à cette époque que le magazine américain Hustler a commencé à diffuser des photos de femmes nues soumises par ses lecteurs.

Facebook Revenge Porn

Facebook a une dent contre le Revenge Porn.

Seul problème, les femmes présentes sur ces clichés n’avaient pas toutes données leur autorisation. Le magazine a donc fait l’objet de nombreuses plaintes et il a été contraint de mettre un terme à cette rubrique.

Le Revenge Porn, un mal qui touche des milliers de personnes chaque année

Le Revenge Porn a commencé à réapparaître en 2008 par le biais de vidéos privées publiées sur Xtube, mais c’est vraiment en 2010 que le phénomène s’est retrouvé sous les feux des projecteurs, avec le lancement de la plateforme Is Anyone Up.

Lancé par Hunter Moore, ce site permettait aux internautes de partager facilement des photos et des vidéos mettant en scène d’anciennes conquêtes. Pire, ces contenus étaient en plus souvent accompagnés d’informations confidentielles comme le nom des figurants ou encore leur adresse postale.

Fort heureusement, les autorités ont été réactives et elles ont rapidement fait fermer le site. Son créateur a pour sa part été poursuivi.

Suite à cette affaire, la plupart des gouvernements se sont engagés dans une lutte ferme contre le porno vengeur. En France, par exemple, cette pratique est passible d’une peine de deux ans de prison et d’une forte amende. Toutefois, malgré les dispositions prises, de nombreuses personnes continuent de partager ce genre de contenus sur les réseaux sociaux.

Et notamment sur Facebook.

Facebook : un nouvel outil pour lutter contre le porno vengeur

L’entreprise américaine a donc décidé de réagir en développant un programme visant à limiter ces partages. Pour se faire, elle n’a pas été chercher bien loin et elle a ainsi développé une nouvelle fonction de reconnaissance de photos. Elle s’activera automatiquement lorsque nous tenterons de partager des images sur la plateforme et elle générera une alerte si le contenu en question s’apparente à du Revenge Porn.

Si tel est le cas, alors ces médias seront automatiquement supprimés par Facebook et les modérateurs de la plateforme seront mis au courant.

Les auteurs des publications seront évidemment sanctionnés et leur compte sera ainsi suspendu dans la foulée. Ils auront cependant le droit de faire appel de la décision. Fait intéressant, les contenus supprimés sur Facebook le seront également sur Messenger et sur Instagram.

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.