Facebook propose désormais sa protection anti revenge porn partout dans le monde

L’année dernière, Facebook a lancé un programme destiné à lutter contre un problème croissant sur la plateforme, le revenge porn, aussi connu sous le nom de pornographie non consensuel. Il y a cependant une énorme faille dans le programme.

Pour empêcher les autres d’utiliser vos photos nues contre vous, vous devez soumettre les vôtres.

Revenge Porn Facebook

La version expérimentale du programme de Facebook a été lancée en Australie en novembre 2017 et a été étendue le 22 mai 2018 aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Il exige que ceux qui souhaitent éviter d’être victimes de revenge porn agissent de manière préventive en soumettant leurs propres photos nues à Facebook.

L’idée est que Facebook puisse ensuite numériser l’image soumise et bloquer une future diffusion potentielle.

Le programme anti revenge porn de Facebook

La technologie est appelée « hachage d’image perceptuelle » et cela existe depuis des années. C’est le processus algorithmique permet de faire des recherches d’images inversées sur Google et TinEye.

Il permet également aux forces de l’ordre d’arrêter la propagation de l’exploitation des enfants grâce à l’utilisation de PhotoDNA.

Dans le cas de Facebook, ce n’est pas la technologie qui est mise en cause, c’est plutôt l’imprécision de la proposition du réseau social. Le fait est que, même si une personne utilise cette technologique, il n’y a pas de garantie que l’image soumise soit réellement en sécurité.

Le mode de fonctionnement du programme

Le programme s’appelle « Non-Consensual Intimate Image Pilot. » Tel que décrit par Facebook, il est destiné à être une « option d’urgence » pour les personnes qui craignent que leurs images ne soient partagées à l’avenir. En premier lieu, les utilisateurs doivent d’abord remplir un formulaire via l’un des réseaux partenaires de la plateforme dans chacun de ses quatre pays pilotes.

La commission avise ensuite Facebook qui traite l’image en la plaçant devant au moins une paire d’yeux humains. Facebook ne conserve pas les images nues, seulement leur hash d’image numérique. Le service peut ensuite faire correspondre les futures copies téléchargées de la photo avec cet identifiant unique et bloquer la diffusion de ces copies.

53% de ceux qui font du revenge porn choisisse Facebook et Messenger pour publier leurs photos et vidéos suivis de Snapchat avec 11%, puis d’Instagram à 4%.

Mots-clés facebookweb