Facebook refuse de laisser les parents d’une adolescente morte accéder à son compte

Facebook se retrouve au cœur d’une nouvelle polémique en Allemagne. Le géant des réseaux sociaux refuse en effet de laisser les parents d’une adolescente morte accéder à son compte. Pour le moment, la justice allemande s’est rangée du côté de l’entreprise.

Le drame s’est déroulé à Berlin en 2012. L’adolescente, alors âgée d’une quinzaine d’années, a été happé par un train alors qu’elle se trouvait dans une station de métro. Elle ne s’en est pas sortie.

Facebook

Les autorités berlinoises ont naturellement ouvert une enquête, mais elles n’ont pas été en mesure de déterminer si le drame relevait de l’accident ou du suicide.

L’adolescente a été happée par un train

Les parents ont été extrêmement bouleversés en apprenant la nouvelle. Comme souvent dans ces cas, ils ont donc entrepris de faire toute la lumière sur les circonstances de la disparition de leur fille. La mère a alors eu l’idée de se connecter à son compte Facebook pour déterminer si elle était victime de cyber-harcèlement. L’adolescente lui avait en effet laissé ses identifiants.

Toutefois, en se connectant au service, les parents ont eu la désagréable surprise de découvrir que le compte de leur fille avait été transformé en compte de commémoration.

Ces comptes ont été lancés par Facebook afin de permettre aux utilisateurs du service d’honorer la mémoire des défunts. Lorsqu’une personne décède, ses proches ont ainsi la possibilité de prévenir l’entreprise de sa disparition. Une fois le décès vérifié, le compte personnel de l’utilisateur est soit supprimé, soit transformé en compte de commémoration en fonction de la configuration définie par ses soins.

Lorsque ce mode est activé, il devient impossible de se connecter au compte, même en connaissant ses identifiants.

Une première victoire en 2015 suivie d’une cuisante défaite

Les parents ont donc envoyé une demande à Facebook afin de réactiver le compte de leur fille, mais l’entreprise a poliment refusé. Elle ne leur a pas non plus révélé l’identité de la personne qui avait déclaré le décès de l’adolescente. Bien sûr, ils ont insisté, mais leurs différentes tentatives se sont toutes soldées par un échec cuisant.

Faute de mieux, les parents ont donc déposé plainte auprès du tribunal régional de Berlin. En 2015, le juge a statué en leur faveur, arguant que le contenu du compte devait revenir aux héritiers de son propriétaire.

Facebook a cependant fait appel de cette décision. Deux ans plus tard, la cour d’appel a fini par rendre son verdict et elle s’est rangée cette fois du côté de l’entreprise américaine en vertu de la loi allemande portant sur le secret des télécommunications. Révéler les communications privées de l’adolescente revenait en effet à révéler les réponses et les messages envoyés par ses correspondants.

Désormais, les parents ont la possibilité de porter l’affaire devant la Cour fédérale de justice, mais ils n’ont pas encore indiqué s’ils avaient l’intention de le faire.

Mots-clés facebookjusticeweb