Clicky

Facebook, responsable d’un divorce sur trois ?

Depuis toujours, des facteurs comme l’ennui, l’infidélité, ou la disparition progressive des sentiments sont à l’origine de la rupture de nombreux couples. Mais à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux, il semble que de nouveaux facteurs jouent désormais un grand rôle dans les cas de divorce.

Facebook et d’autres médias sociaux sont maintenant utilisés dans un tiers des cas de divorce, selon une nouvelle étude du cabinet d’avocats Lake Legal.

facebook-wifi

Attention, Facebook peut mettre au jour vos petits secrets !

Les messages et les photos que les gens publient sur Facebook sont de plus en plus utilisés comme éléments de preuve dans les procédures de divorce.

Les spécialistes de l’entreprise ont examiné plus de 200 cas et ont constaté que Facebook et les autres sites de médias sociaux étaient utilisés par les avocats dans un peu plus d’un tiers (environ 66) des cas de divorce. Dans ces affaires, Facebook a fourni des preuves d’infidélité, a aidé à suivre les mouvements des gens et révélé des dépenses de tout genre, des voitures aux vacances.

De nombreux cas concernent des utilisateurs de médias sociaux qui reprennent contact avec d’anciens amours qu’ils avaient perdus de vue depuis de nombreuses années. Facebook est de loin le plus gros « briseur de foyer », devant Twitter qui joue un rôle de plus en plus croissant.

Les médias sociaux au cœur des divorces

Commentant cette tendance, Lyn Ayrton, directrice associée de Lake Legal, a déclaré: « Les médias sociaux fournissent un journal de bord permanent de nos vies. Le partage de messages écrits et d’images, souvent avec la géolocalisation, fournit un registre des activités pouvant être utilisées dans une affaire judiciaire. Souvent, si un conjoint évoque une prime imminente, une nouvelle offre d’emploi ou des projets de vacances, cela peut prouver qu’il ne dit pas la vérité sur sa situation financière. Ou du moins, cela peut remettre en question sa crédibilité ».

D’autres réseaux sociaux, comme Instagram, permettent aux différents conjoints de connaître presque toutes les interactions publiques qu’a leur partenaire. Et cela peut conduire certains à espionner l’autre dans le but de trouver des preuves d’infidélité.

Par ailleurs, des rapports récents d’Italie ont estimé que WhatsApp, le service de messagerie instantanée acquis par Facebook, est cité dans presque la moitié de toutes les procédures de divorce italiennes – plus que toute autre source d’information.

Mots-clés facebookweb