Facebook signe la fin des commentaires anonymes sur le web

Cela fait maintenant un moment que Facebook propose un widget permettant aux éditeurs de sites de profiter d’une plateforme de commentaires externalisée. On en parlait le mois dernier, le célèbre réseau social était justement en train de peaufiner une toute nouvelle version de son outil et on sera content d’apprendre que cette dernière est désormais disponible en version finale. Et ce qu’il faut en retenir, c’est que ce dernier signe tout simplement la fin des commentaires anonymes sur le web.

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, les blogueurs et autres webmestres ont assisté, impuissants, à la fragmentation des contributions des internautes. Il y a quelques années encore, ces derniers n’hésitaient jamais à laisser un commentaire à la suite d’un article pour exprimer leur point de vue. Désormais, ils le font toujours, certes, mais ils sont de plus en plus nombreux à passer par Twitter ou encore par Facebook pour partager leur avis avec le plus grand nombre.

Par la force des choses, les éditeurs cherchent de plus en plus à intégrer les réseaux sociaux à leurs pages. Pour se faire, on trouve un certain nombre de plugins et d’extensions, certes, mais de nouvelles plateformes proposant ce genre de fonctionnalités sont également apparues sur le web. C’est ainsi le cas de Disqus ou encore de Facebook. En quelques clics et avec un minimum de connaissances techniques, il est donc possible de regrouper au sein d’un même outil les commentaires, les tweets et les messages laissés sur les autres services sociaux.

En l’occurrence, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la nouvelle version de la plateforme proposée par Facebook puisque cette dernière risque fort de porter un coup fatal à l’anonymat sur le web. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce tout nouveau widget identifiera chaque contributeur par son nom et son prénom. Pire encore, d’autres informations pourraient être ainsi divulguées. Des informations comme l’emploi, l’âge, la formation ou encore la ville de l’internaute. Notons toutefois, avant de crier au scandale, que cette plateforme s’appuiera sur les mêmes paramètres de confidentialité que ceux proposés par le service. Un internaute ayant choisi de ne pas partager son âge ne le verra ainsi jamais apparaître sur un site tiers.

Pire, pour utiliser ce widget, l’internaute devra nécessairement être inscrit sur le réseau social de Mark Zuckerberg. S’il ne l’est pas et qu’il ne désire pas créer un profil sur Facebook, alors il n’aura tout simplement pas la possibilité de laisser un commentaire. Si l’on ajoute à cela le fait qu’il est parfois difficile de s’exprimer librement en son nom (on pensera au devoir de réserve des fonctionnaire), cette nouvelle plateforme risque fort d’engendrer une baisse importante des commentaires sur les sites qui décideront de lui ouvrir les portes.

Le plus regrettable, c’est que cet outil ne manque pourtant pas d’attrait. Parmi les fonctions phares, on pourra ainsi citer l’intégration d’outils de modération complets réservés à l’éditeur ou encore la possibilité pour le contributeur de partager son commentaire sur son mur. Mais là encore, ce dernier point pose un certain nombre de problèmes éthiques. En effet, si un autre membre du réseau social décide de répondre au commentaire du contributeur affiché sur son mur, alors son propre message s’affichera sur Facebook, bien sûr, mais également sur le site tiers.  Finalement, on pourrait presque dire que Facebook s’approprie vos mots et, par extension, vos pensées.

Dommage, ça partait pourtant d’un bon sentiment.

Mots-clés facebookweb