Facebook Stories ou l’absence totale d’innovation

Facebook vient tout juste de lever le voile sur un nouveau service très sobrement nommé Stories, un service qui indexe tout simplement sur une seule et même page les plus belles histoires du réseau social. Des histoires émouvantes, originales et qui sont censées nous démontrer une chose : Facebook n’est pas une plateforme déshumanisée, bien au contraire. Forcément, c’est beau, forcément on ne peut qu’écraser une énorme larme en lisant les histoires de tous ces anonymes, mais on remarque aussi que les développeurs de la firme manque cruellement d’imagination, et qu’ils semblent même incapables désormais d’innover de quelque manière que ce soit.

Facebook Stories ou l'absence totale d'innovation

Facebook Stories : un service agréable, profitant d’une interface bien pensée

Sur Facebook Stories, nous allons trouver beaucoup de choses. Des vidéos avec des enfants indiens dedans, des récits de voyages empreints de magnifiques rencontres, des archives de grands journaux américains et même des créations étonnantes imaginées par des artistes du numériques. La page d’accueil du service donne d’ailleurs le ton puisqu’elle centralise à un seul et même endroit les plus belles histoires du moment. En haut, à droite, on trouvera d’ailleurs des boutons qui nous permettront d’alterner entre la vue traditionnelle et la vue par carte. Cette dernière repose d’ailleurs sur l’API de Bing Maps, et non sur celle de Google Maps. Décidément, question cartographie, Google est à la masse.

En cliquant sur une histoire, nous pourrons bien évidemment accéder à sa fiche complète. Fiche sur laquelle on trouvera le fin mot de l’histoire, bien sûr, mais également le nom de son auteur (lien renvoyant bien évidemment vers son profil Facebook) ainsi qu’une série d’encarts situés sur la droite et destinés à nous permettre de découvrir de nouvelles histoires. A chaque fois, on retrouve une interface très épurée mais également très ergonomique. Une interface qui se trouve aux antipodes de la Timeline.

Facebook Stories, le Twitter Stories de Facebook

Vu comme ça, Facebook Stories est effectivement une très belle création. De ce côté, pas de problème. Ce qui est un peu plus gênant, en revanche, c’est que les ingénieurs de la firme n’ont absolument rien inventé. C’est effectivement l’année dernière que Twitter a lancé un service du même type, un service qui s’appelle Twitter Stories (ou Twitter Histoires en français) et qui propose exactement la même chose. Oui, et si vous avez cliqué sur le lien précédent pour savoir de quoi il en retourne, alors nul doute que vous devez être en train de ricaner cruellement. Une réaction bien légitime, d’ailleurs.

Facebook fait donc exactement la même chose que Twitter et dévoile ce soir un service identique à celui que ce dernier a lancé l’année dernière. Une arrivée, remarquée, certes, mais qui soulève tout de même un bon nombre de questions. Des questions délicates, difficiles, mais néanmoins nécessaires.

Facebook et l’histoire du lapin pris dans les feux des voitures

Je vous l’avoue vertement, je n’arrive pas à comprendre la stratégie de la firme. Mais où veut-elle en venir, bon sang ? Et surtout, qu’est ce qu’elle est en train de faire ? Je veux dire, Facebook dispose de fonds très importants, les gars croulent même sous le pognon, et plein de gens très bien ont même quitté leur emploi pour aller bosser pour le géant du réseau social. Des gens compétents, des types doués, des professionnels. Mais malgré cela, malgré les ressources dont dispose la firme, elle semble totalement incapable de faire preuve d’originalité et d’innover, de quelque façon que ce soit.

D’un certain sens, c’est un peu comme l’histoire du lapin pétrifié en plein milieu de la route, pétrifié et incapable de bouger d’un poil alors même qu’une voiture est en train d’arriver sur lui. Il est là, avec ses yeux écarquillés, conscient de la situation, sachant pertinemment que tout va bientôt prendre fin, mais il demeure incapable de se mouvoir. Un peu comme s’il avait soudainement accepté le fatalisme de sa vie et l’inéluctabilité de sa mort prochaine.

Facebook est un lapin aux yeux rouges. Mark et ses acolytes sont parvenus à créer quelque chose d’unique, quelque chose de rare, quelque chose qui est ancré dans le quotidien de millions de personnes. D’un certain sens, ils ont un peu changé le monde. Moins que Tim Berners-Lee, évidemment, mais un peu quand même. Et au début, tout était beau, tout était facile, Facebook ne souffrait aucune concurrence et le service pouvait donc se permettre tout et n’importe quoi. Surtout n’importe quoi, en fait.

Aujourd’hui, tout a changé. Twitter séduit les foules, Google+ commence à percer, Facebook n’est plus le seul sur le marché et cette simple idée semble le paralyser, cette simple idée semble l’empêcher de réagir, de se mouvoir. Plutôt que de prendre des risques et de chercher à innover, le géant se contente de copier les idées de ses concurrents, en espérant que cela ne se verra pas, en espérant que personne ne s’en rendra compte.

L’action Facebook vient de passer sous la barre des 20$.

Tout est désormais beaucoup plus clair.

Visiter (quand même) Facebook Stories

Mots-clés facebookweb