Clicky

Facebook : la success story d’un diplômé de Harvard enflamme la toile

Facebook voit passer chaque jour des milliers d’histoires différentes. La plupart passent inaperçues, mais il arrive parfois qu’un témoignage en particulier se retrouve sur le devant de la scène et sous les feux des projecteurs. C’est le cas de la touchante histoire de Shannon Satonori Lytle, une histoire qui a réussi à émouvoir une bonne partie de la toile.

Il n’est pas facile de suivre des études supérieures et de travailler en même temps. C’est pourtant le cas de nombreux étudiants dans le monde. Évidemment, courir après deux lièvres à la fois peut mener à l’échec.

Harvard

Ainsi, de nombreux étudiants qui se trouvaient dans cette situation n’ont pas réussi à mener leurs études à terme. Toutefois, les plus persévérants réussissent toujours, même en commençant du plus bas de l’échelle.

Facebook : une belle histoire partagée

C’est le cas de Shannon Satonori Lytlee, un jeune diplômé sortant de la prestigieuse université de Harvard. Fils d’un ouvrier et d’une immigrée, il a dû se battre pour nourrir sa famille et pour venir à bout de ses études. « Au lycée, je préparais les burgers chez McDonald’s », a-t-il posté sur Facebook. Son histoire a énormément impressionné les utilisateurs du réseau social.

Le post a été partagé plus de 185 000 fois et a conquis un grand nombre de likes en l’espace de quelques heures. L’étudiant a également reçu de nombreux messages de félicitation venant des internautes.

« Je nourrissais et prenais soin de mes quatre frères et sœurs jusqu’à ce qu’ils aillent dormir, puis je restais debout jusqu’à 4 heures du matin pour faire mes devoirs. Je rentrais à pied chez moi en passant par des coins dangereux de la ville après mes activités extrascolaires, car je ne pouvais pas me permettre d’avoir une voiture. Je coinçais mon ordinateur à l’extérieur de ma fenêtre la nuit pour voler le wifi de mes voisins et finir mes devoirs », a raconté Shannon Satonori Lytlee sur le célèbre réseau social.

Il a poursuivi : « J’ai ignoré ceux qui disaient : Dans ce coin de l’Ohio, seuls les enfants de docteurs ou d’avocats peuvent aller dans une ‘Ivy Leagues Schools’ (les huit prestigieuses universités privées du nord-est des États-Unis). »

« À l’université, j’ai paniqué quand mon ordinateur s’est cassé parce que j’avais travaillé 150 heures au salaire minimum pour me l’acheter. J’ai récuré les toilettes, classé des livres et vendu des habits afin de réaliser mes rêves et voyager à travers le monde », a-t-il ajouté.

Une baisse de 20 % du taux de réussite chez les étudiants salariés

« Durant ma vie, j’ai manœuvré et quémandé pour la moindre subvention ou le moindre rabais. Je suis le fils d’un travailleur en entrepôt et d’une immigrée ; la première génération d’étudiant. Aujourd’hui, je suis diplômé d’Harvard », a-t-il conclu dans son témoignage poignant.

Une étude faite par l’Insee, sortie en 2009, avait montré que la réussite estudiantine globale aux examens est de soixante pour cent. Pour les étudiants salariés, ce taux baisse de vingt pour cent et tombe alors à quarante pour cent.

Les internautes ont réagi à la bravoure et à la persévérance de Shannon Satonori Lytlee. Il a eu droit à de nombreux messages de félicitation comme : « Que Dieu vous bénisse et tous les autres qui comme vous luttent tous les jours et en inspirent d’autres ! », « je t’admire », « travailler dur paye toujours », « je ne te connais pas, mais je suis tellement fier de toi », « j’espère pouvoir rendre mes parents immigrants aussi fiers que tu as rendu les tiens ».

Crédits Image

Mots-clés facebookinsoliteweb