Facebook : trois pages de vidéos populaires suspendues

Pour gagner à nouveau la confiance de ses millions d’utilisateurs, Facebook surveille de près tous les écarts de conduite. La preuve, le leader mondial des réseaux sociaux vient de suspendre trois pages de vidéos populaires gérées par Maffick Media sous prétexte que celles-ci étaient soutenues par le gouvernement russe. Selon CNN, la suspension desdites pages Facebook aurait pris effet le vendredi 15 février. On ignore jusqu’à quand la sanction va s’appliquer.

Pour pallier rapidement le problème, Facebook demandera à toutes les personnes affectées à la gestion et à l’administration des trois pages de fournir leurs affiliations. Une démarche plutôt exceptionnelle puisque d’habitude, Facebook ne réclame jamais d’informations spécifiques sur les sociétés mères. Y aurait-il anguille sous roche ?

Pour se défendre, Maffick Media avance clairement qu’à aucun moment, il n’a enfreint les règles imposées par Facebook.

La Russie fait l’objet d’une attention particulière

L’on sait de source sûre que le principal actionnaire n’est autre que Ruptly, une filiale de la chaîne de télévision RT. Cette dernière bénéficierait du soutien du gouvernement russe. Un gouvernement accusé d’avoir utilisé ses divisions médiatiques pour répandre de fausses informations sur les réseaux sociaux en vue d’influencer le cours de la dernière campagne présidentielle américaine.

Pour répondre aux accusations portées à son égard, Maffick Media a publié un communiqué de presse. Datant du dimanche 17 février, celui-ci souligne « Nous n’avons violé aucune politique de Facebook. Aucun de nos contenus ne promeut la désinformation ou de fausses informations ». L’intégralité du communiqué est disponible sur le site web de la société.

Facebook applique une politique de tolérance zéro

Facebook a beaucoup appris de ses erreurs ainsi que des nombreuses poursuites dont il a fait l’objet. L’entreprise s’est engagée à redoubler de vigilance et à appliquer une politique de tolérance zéro. Elle travaille actuellement sur la mise à jour d’une fonctionnalité qui permettrait aux utilisateurs d’accéder aux informations sur les pays depuis laquelle une page est gérée.

Comme l’indique son porte-parole, « tout comme Facebook a renforcé l’application de comportements inauthentiques coordonnés et de spams à motivation financière au cours de la dernière année, il continuera à s’améliorer pour que les gens puissent obtenir plus d’informations sur les pages qu’ils suivent ».

Mots-clés facebook