Facebook : un arnaqueur présumé arrêté en Equateur après 3 ans de cavale

Mark Zuckerberg avait fait affaire avec un homme du nom de Paul Ceglia en 2003. Leur contrat consistait en ce que Paul Ceglia effectue un travail de programmation. Toutefois, en 2010, Paul Ceglia s’est retourné contre Mark Zuckerberg et l’a poursuivi en justice en arguant que le contrat lui donnait droit sur la moitié de Facebook.

À cette époque, Facebook venait de sortir de l’affaire qui l’opposait aux frères jumeaux Winklevoss. Il ne voulait pas forcément procéder à un règlement à l’amiable. L’affaire a alors traîné en longueur. Cependant, Facebook a par la suite découvert que Ceglia  avait fait de faux documents.

La plateforme l’a ainsi accusé de fraude et, rejeté par huit avocats différents, Ceglia a dû faire face à une défaite juridique et à une défaite légale. Il a ensuite été placé en résidence surveillée.

Paul Ceglia s’est fait la malle

Toutefois, en mars 2015, Paul Ceglia a pris tout le monde au dépourvu. Il a enlevé son bracelet et s’est enfui de sa résidence surveillée, emmenant sa femme et ses enfants avec lui. Quelques mois après, il a écrit un courrier à Bloomberg dans lequel il a essayé de justifier son acte.

Paul Ceglia a déclaré dans cette lettre qu’il craignait pour sa vie. Il a également ajouté qu’il ne pensait pas pouvoir faire confiance à aucune personne au sein du gouvernement. C’est  pourquoi il s’est fait la belle à la première occasion qui s’offrait à lui de partir et de sauver sa vie.

Fin de course pour Paul Ceglia

Si Paul Ceglia a pu être en cavale pendant plus de trois ans, sa course a pris fin le 26 août 2018. Les autorités l’ont repéré et appréhendé en Équateur. L’homme va bientôt faire l’objet d’une extradition pour retourner sur le territoire américain.

Paul Ceglia devra être jugé pour les accusations de fraude dont on l’inculpe. Son avocat, dont le nom n’a pas encore été révélé, a déclaré qu’il était soulagé d’apprendre que son client soit sain et sauf. Il demeure également confiant à propos de l’innocence de son client et compte bien le démontrer devant la justice.

Mots-clés facebook