Facebook : un groupe secret encourageait le viol, le revenge porn et les violences domestiques

Facebook ne se limite pas aux pages et aux profils. En parallèle, le réseau social propose aussi des groupes afin de permettre à ses utilisateurs d’échanger sur les sujets de leur choix. Il est d’ailleurs tout à fait possible de créer des groupes secrets réservés à certaines personnes triées sur le volet. L’un d’entre eux encourageait le viol, le revenge porn et les violences domestiques.

Le groupe en question avait été lancé par un australien dont l’identité n’a pas encore été révélée. Il n’était pas récent et il comptait plusieurs milliers de membres originaires de différents pays.

Groupe viol Facebook

Un groupe Facebook encourageait le viol et les violences domestiques faites aux femmes.

Les membres de ce groupe avaient pris l’habitude de partager leurs pensées, mais également leurs expériences. Ils accompagnaient d’ailleurs souvent leurs messages de photos très explicites.

Ils partageaient des photos de viols et de tournantes sur le groupe

Certains hommes publiaient ainsi des photos de leur femme ou de leur copine alors qu’elles se trouvaient sous la douche, et d’autres allaient encore plus loin en partageant des images mettant en scène des viols et des tournantes.

Un homme s’était notamment vanté d’avoir organisé un gangbang avec une conquête d’un soir, sans son consentement, durant une fête.

Un autre avait pris l’habitude de parler des femmes comme des êtres émotifs faibles guidés par leurs désirs et par leurs sentiments, des êtres qu’il fallait « recadrer » régulièrement pour éviter les débordements. Comment ? En les malmenant et en les rudoyant.

Toutes ces publications avaient une chose en commun. Elles réduisaient la femme au rang d’objet. Certains membres avaient même pris l’habitude de se refiler des photos de leurs conquêtes, des photos dénudées bien entendu.

Le plus incroyable, dans l’histoire, c’est que ce groupe comptait de nombreux soutiens et il était ainsi suivi par plus de 200 000 personnes à la fin. Ce chiffre est stupéfiant. Le sexisme et la misogynie sont visiblement loin d’avoir disparu.

Le groupe était suivi par 200 000 personnes

Fort heureusement, l’association Red Heart Campaign a fini par avoir connaissance de ce groupe. Si vous ne la connaissez pas encore, sachez qu’elle protège les droits des femmes depuis plusieurs années maintenant. Elle se bat notamment contre les violences domestiques mais également contre tous les abus faits aux femmes.

Après être tombé sur ces publications atroces, elle a donc contracté Facebook afin de demander à la firme américaine ce qu’elle pensait de ce groupe.

Les modérateurs de l’entreprise ont mené leur enquête et ils ont fini par le fermer. Rien de surprenant à cela car il enfreignait les conditions d’utilisation du service.

Maintenant, ce groupe ne doit pas être le seul à véhiculer de telles idées nauséabondes. Non, et cette histoire prouve finalement qu’il est indispensable de continuer à lutter contre le sexisme et la misogynie. Pour nos mères, pour nos femmes et pour nos filles.

Mots-clés facebookweb