Clicky

Facebook : une nouvelle condamnation sur fond de commentaires racistes

Facebook n’est clairement pas une zone de non-droit et c’est précisément ce que prouve cette nouvelle affaire. Un homme a en effet été condamné après avoir tenu des propos racistes sur la plateforme.

Facebook applique des conditions d’utilisation très strictes. Les menaces directes sont ainsi interdites, de même pour toutes les activités criminelles ou même les campagnes de harcèlement et d’intimidation. Il est également interdit de partager des contenus sexuellement explicites ou de chercher à vendre des marchandises illicites.

Clavier

Les utilisateurs ne respectant pas ces conditions peuvent voir leur compte désactivé ou même suspendu.

Facebook n’est pas une zone de non-droit

Toutefois, ces conditions d’utilisation ne sont pas une fin en soi et les utilisateurs du service doivent aussi respecter la loi en vigueur dans leur propre pays au risque d’être poursuivis… et condamnés.

Si cet état de fait semble tout à fait logique, certains utilisateurs semblent oublier que la loi ne se résume pas uniquement à la vraie vie. Nous en avons encore eu l’exemple en début de semaine avec cet homme condamné pour un like laissé sur une photo de Daech. Un like qui a été sanctionné d’une peine de prison de trois mois avec sursis.

Cette fois, l’affaire remonte à décembre 2015 et donc peu de temps après les terribles attentats qui ont frappé la capitale parisienne.

Jean-Pierre, un homme originaire de Beaucourt, a publié plusieurs messages extrêmement racistes sur la plateforme, des messages dont la teneur ne laissait pas franchement place au doute. Dans une de ces publications, l’homme montrait une image d’explosion accompagnée d’un message simple et direct : « Les mosquées, c’est comme ça que je les aime ». Plus tard, il a remis le couvert en n’hésitant pas à aller puiser dans les plus sombres chapitres de notre histoire : « Hitler a brûlé les Juifs pendant la guerre, il aurait dû brûler les musulmans à la place ».

Une affaire qui remonte à 2015

Ces débordements se sont faits de plus en plus nombreux et ils ne sont évidemment pas passés inaperçus. Choqué par l’extrême violence des propos du Beaucourtois, un autre habitant de la ville a ainsi été déposé plainte à la gendarmerie avec quelques captures écran sous le coude.

Entre temps, Jean-Pierre avait pris soin de supprimer ces commentaires, mais les techniciens de la gendarmerie sont tout de même parvenus à les exhumer et les autorités ont finalement décidé d’engager des poursuites à l’encontre de l’homme.

À la barre, Jean-Pierre a tenté de se défendre en disant qu’il avait pour habitude de publier n’importe quoi sur Facebook et qu’il n’avait pas l’intention de choquer qui que ce soit. Il a également évoqué un lourd passif avec l’homme qui l’a dénoncé, un homme d’origine maghrébine avec lequel il se serait souvent battu durant l’enfance.

Le tribunal n’a cependant pas été sensible à ses arguments et Jean-Pierre a ainsi été reconnu coupable de délit de provocation à la haine raciale… et condamné à 250 € d’amende.

Mots-clés facebookjusticeweb

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.