Facebook va nous aider à sécuriser notre compte

On ne rigole pas avec la sécurité, surtout pas quand on se trouve à la tête d’un réseau social comptant plus de 900 millions de membres. Preuve en est, Facebook a déployé un nouvel outil qui va venir en aide à tous les internautes qui pensent être infectés par de terribles virus ou d’horribles malwares. Un outil qui va complètement les prendre par la main, qui va verrouiller leur compte et qui va en plus les orienter vers plusieurs outils gratuits qui leur permettront de nettoyer leur machine et de sécuriser leurs données. Le nom de cet incroyable outil ? Malware Checkpoint for Facebook, et autant dire que ce dernier m’a franchement fait grincer des dents.

Facebook va nous aider à sécuriser notre compte

Facebook, ce brave Chevalier Blanc…

Le concept est assez simple. L’internaute traine tranquillement ses guêtres numériques sur le groupe Facebook dédié aux surfeuses californiennes quand tout bascule. Sa machine commence à couiner, des publicités vantant les mérites de certaines substances apparaissent dans tous les coins de l’écran et une tonne de messages non sollicités apparaissent sur son mur. C’est une évidence, la machine de notre internaute vient d’être infectée et il faut réagir le plus vite possible. Ni une, ni deux, notre brave explorateur du numérique ouvre donc un nouvel onglet dans son navigateur et il se rend sur cette adresse : https://www.facebook.com/checkpoint/checkpointme?f=204247846290458. Là, un assistant va démarrer et va lui permettre, pour commencer, de sécuriser son compte (et donc de le bloquer) avant de sortir le grand jeu.

Le grand jeu ? Oui, tel un magnifique chevalier blanc auréolé d’une lumière divine, Facebook va carrément lui proposer de l’aider à nettoyer sa machine. Pour se faire, notre internaute devra se contenter de suivre les différentes instructions qui s’afficheront à l’écran. En outre, afin de l’aider dans cette terrible tâche, l’outil va même lui proposer d’installer deux solutions dédiées connues et reconnues dans la milieu, à savoir Microsoft Security Essentials (pour Windows) ou Apple Security Updates (pour Mac OS). Quelques clics plus tard, tout sera donc réglé et notre brave internaute pourra donc reprendre son souffle.

…et son talon d’Achille

Sur le principe, évidemment, je n’ai rien contre un tel outil. Vouloir aider les internautes qui ne sont pas des spécialistes en sécurité informatique, c’est certainement une très bonne chose. Après tout, internet s’est démocratisé, tout le monde ou presque surfe désormais sur la toile mais rares sont ceux à être formés aux nouvelles technologies, rares sont ceux aussi à être capable d’intervenir en cas d’infection. Si l’on ajoute à cela le fait que tout le monde n’a pas forcément un ami informaticien ni même les moyens de s’offrir les services de spécialistes, on ne peut qu’applaudir cette initiative.

A condition, évidemment, de laisser de côté le fait que Facebook est lui-même devenu un nid à malwares, et qu’il ne respecte pas non plus toujours la vie privée de ses utilisateurs.

Okay, mais même sans ça, on ne peut que remarquer à quel point cet outil est bancal. Non, vraiment et dans la plupart des cas, il sera même complètement inutile. Déjà, il faut bien savoir que la plupart des malwares s’amusent à pourrir les navigateurs web de la machine infectée. Et si ton navigateur web s’est mangé les dents sur le trottoir, quelque chose me dit que tu auras beaucoup de mal à utiliser le Malware Checkpoint for Facebook. Bon, remarquez, là dessus, Facebook n’y peut pas grand chose, c’est un fait.

En revanche, ce qui me fait tiquer davantage, ce sont les solutions proposées par l’outil. Déjà, tu n’en as que deux : une par système d’exploitation… Alors bien sûr, Facebook n’allait pas non plus lister tous les logiciels du marché, mais il aurait quand même pu aller plus loin que de balancer deux pauvres liens qui pointent vers des solutions qui sont loin, très loin, d’être parfaite. Quand tu es une entreprise qui pèse plusieurs milliards, quand tu te targues d’occuper la place du « number one » des réseaux sociaux, tu peux aller plus loin pour épauler tes utilisateurs que de leur filer des liens hypertextes. Quitte à faire les choses, autant bien les faire. L’book aurait très bien pu s’associer avec des spécialistes du genre pour intégrer un outil de détection de virus et de spywares. On en trouve un bon paquet sur le web et ce n’est vraiment pas le choix qui manque. De même, quitte à vouloir jouer la carte de l’information, autant proposer un vrai guide d’apprentissage, un guide qui permettra à l’internaute de comprendre ce qui lui arrive et donc d’apprendre à mieux utiliser sa bécane.

Au final, comme à son habitude, Facebook ne va pas assez loin et le gros problème, finalement, c’est que l’internaute qui n’y connait absolument rien va effectivement prendre les conseils de cet outil pour argent comptant. Ce qui veut donc aussi dire qu’il ne va pas réellement sécuriser sa machine, et qu’il risque donc de l’exposer, elle et les données qu’elle contient, à toutes les saloperies qui trainent sur la toile. De fil au aiguille, loin d’aider le néophyte, Mark et ses actionnaires ne font rien d’autre que de lui enfoncer encore un peu plus la tête sous l’eau.

Merci à Marc (non, pas Zuckerberg) pour l’info