Clicky

Facebook : une vidéo pédopornographique a circulé sur la plateforme

Décidément, 2018 débute mal pour Facebook qui se trouve pour la énième fois dans la tourmente. Aujourd’hui, le réseau social est de nouveau pointé du doigt après qu’une vidéo pédopornographique ait circulé sur sa plateforme.

Ce nouvel incident survient plusieurs mois après que Facebook ait été accusé de ne pas avoir supprimé assez rapidement le contenu pédopornographique partagé sur sa plateforme malgré de nombreux signalements. Ces faits ont eu lieu en avril 2017.

Facebook Pédopornographie

Si ce n’est pas la première fois que Facebook fait face à ce genre de situation, il semblerait que le réseau social ait encore du mal à contrôler le contenu posté sur sa plateforme.

Abus sur mineur

Il y a quelques jours, une vidéo est devenue virale sur Facebook. Celle-ci montrait un enfant qui était forcé à reproduire des actes sexuels.

Indignés par le contenu de cette publication, de nombreux utilisateurs ont décidé de partager la vidéo en espérant ainsi savoir qui est l’auteur de ce crime odieux. Malgré leur bonne volonté, le fait de partager cette vidéo reste un crime selon la police de Géorgie, aux États-Unis.

La police de Marietta, en Géorgie, a indiqué que plusieurs habitants de la ville avaient partagé la vidéo sur leur Messenger alors que cela était un délit. Selon l’officier Paul Hill, « La diffusion d’un tel contenu, peu importe si vos intentions sont bonnes, peut être considérée comme de la diffusion de pornographie infantile. »

Une vidéo qui doit être supprimée

Paul Hill a également incité les utilisateurs de Facebook à stopper le partage de cette vidéo à caractère pédopornographique même si le but est d’aider la police dans ses enquêtes. « Nous disons à tout le monde de faire un signalement à Facebook, et de supprimer ensuite la vidéo. Facebook se chargera ensuite d’avertir la police. C’est pour cela que nous vous demandons de ne plus partager cette vidéo. »

Comme à son habitude, Facebook a mis du temps à réagir face à la vidéo qui a déjà été signalée à de nombreuses reprises. C’est également ce qui est arrivé en mars et en avril 2017. Au lieu d’être supprimés, les contenus pédopornographiques ont gagné encore plus en visibilité après avoir été favorisés par les algorithmes de Facebook.

Face à cette énième bavure, le réseau social de Mark Zuckerberg ne s’est pas encore exprimé.

Mots-clés facebookweb

Share this post

Micka

Curieuse de nature, je cherche à m'épanouir dans l'une de mes passions, l'écriture web, avec la devise : ne rien prendre pour acquis et prendre chaque mission comme un challenge.