Clicky

Fecal Matter, ou quand la mode prend des allures de cauchemars éveillés

Créateurs, musiciens, conservateurs, artistes, êtres d’un autre monde, le compte Instagram de Hannah Rose Dalton et Steven Raj Bhaskaran va vous surprendre. Les deux tourtereaux se sont rencontrés pour la première fois à l’école de couture de Montréal.

Steven s’identifie comme un penseur, un enseignant et un transhumain. Hannah se considère comme une activiste et une extraterrestre.

Fecal Matter

Steven est né à Montréal, mais a vécu en Guyane pendant 10 ans dans un environnement oppressif, entouré d’une extrême pauvreté. En venant à Montréal, il a découvert les possibilités d’expression de soi à travers la mode et l’art. Hannah est née en Nouvelle-Zélande, mais a grandi à Montréal. Les deux sont liés par leur dégoût pour l’ordinaire et ont alors créé Fecal Matter.

Il n’y a pas à dire, leur look est vraiment impressionnant et même quelque peu effrayant.

Une équipe hors du commun

Oui, leur nom se réfère bel et bien à des excréments, mais ne laissez pas cela vous désintéresser de ce duo extraordinaire. « Nous voulons provoquer Instagram et toutes ses manières conformistes. » disent-ils. « Nous voulons mettre au défi nos abonnés d’élargir leur esprit. Nous espérons montrer que vous n’avez pas à vivre selon les règles de la société, vous pouvez créer votre propre style de vie et être libre. »

Pour expliquer leurs choix, ils ont également dit : « En grandissant, nous n’avons jamais été exposés à quelque chose comme ça, alors nous ne savions tout simplement pas qu’une telle vie pouvait exister. J’espère que nous pourrons inspirer les gens à créer leur propre liberté. »

Le concept semble plaire au public à en juger de leur compte Instagram qui compte près de 100 000 abonnés.

Plus qu’une idée, un véritable business

Fecal Matter sert également de plateforme pour la ligne de vêtements abordables de Dalton et Bhaskaran. Leurs articles sont notamment vendus sur DePop. C’est également la plateforme sur laquelle ils diffusent leur musique et leur programme visuel avec l’objectif de faire ressentir aux spectateurs une combinaison entre la nausée et la fascination.

L’idée est de faire réfléchir les gens, à les pousser à se questionner leur environnement. « Nous aimons l’idée que l’on appelle matière fécale même si nous l’étiquetons comme quelque chose de jetable. » explique Bhaskaran. « Les relations que les humains entretiennent avec les biens matériels sont quelque chose sur lesquelles nous essayons de jouer. »

Mots-clés instagrammode

Micka

Curieuse de nature, je cherche à m'épanouir dans l'une de mes passions, l'écriture web, avec la devise : ne rien prendre pour acquis et prendre chaque mission comme un challenge.