Fin, le premier sextoy à être vendu sur KickStarter

Fin n’est clairement pas un sextoy comme les autres. Enfin si, mais pas complètement non plus. En réalité, il est le tout premier produit de ce type à faire l’objet d’une campagne de financement participatif sur KickStarter, pour le plus grand bonheur de son constructeur. Cette particularité lui a en effet permis de faire la une de nombreux médias anglo-saxons.

KickStarter applique des conditions très strictes afin d’éviter les débordements et la plateforme avait ainsi soigneusement évité les campagnes mettant en scène des objets sexuels.

Fin

Fin est un sextoy, et ça ne se voit pas vraiment.

Il faut croire que l’eau a coulé sous les ponts depuis la mise en place de cette règle puisque le géant du crowdfunding vient de valider le lancement d’une campagne consacrée à un sextoy féminin.

Fin, le sextoy qui ne ressemble pas vraiment à un sextoy

Fabriqué par DAME Products, Fin ne ressemble pas vraiment aux produits concurrents. S’il se positionne inévitablement sur le marché des vibromasseurs, il est nettement moins envahissant et il se présente ainsi sous la forme d’un petit paquet tenant dans le creux de la main.

Si l’on en croit le descriptif de la campagne, il pourra être utilisé de plusieurs manières différentes, mais il viendra à chaque fois se loger entre l’index et le majeur de l’utilisatrice. Inutile de le préciser, mais il devra impérativement reposer contre son sexe pour remplir pleinement ses fonctions.

Le produit fait la part belle au silicone, bien sûr, et il est entièrement lavable. DAME Products a aussi fait le choix de le décliner en plusieurs coloris histoire de coller à tous les goûts. Il sera ainsi possible de le prendre en orange ou en verre corail.

Plusieurs couleurs au choix

Fin est alimenté par une batterie cachée au cœur du système. Pour le recharger, il suffira de le connecter à une source d’alimentation par le biais du port micro USB intégré. Eh oui, vous pourrez aussi l’alimenter en le branchant à votre ordinateur, au boulot, dans l’open space.

L’avantage du produit, c’est que personne ne fera le lien avec un vibromasseur. Pas au premier coup d’œil en tout cas.

Pour la petite histoire, il faut savoir que Fin a été développé par une femme, et plus précisément par Alexandra Fine. Cette inventrice a aussi travaillé pendant plusieurs années comme coach sexuelle et elle a eu envie de créer un produit différent.

Si l’aventure vous tente, c’est par ici que ça se passe. L’appareil est proposé à partir de 60 $ en early bid.