Final Fantasy VII Remake annoncé « par erreur » sur Xbox One

Xbox Allemagne a récemment posté sur sa page Facebook une vidéo annonçant l’arrivée de Final Fantasy VII Remake sur Xbox One pour le 3 mars 2020. Soit la même date que pour la version PS4. Vidéo ayant depuis été supprimée par le service marketing de Xbox en sueur qui affirme n’avoir « aucune annonce » à faire.

Pour qui ne consulterait pas régulièrement les comptes sociaux de la branche allemande de Xbox, tout est parti du compte Twitter de l’utilisateur Nibel. Lequel a ainsi noté que la page Facebook de Xbox Allemagne avait posté une vidéo dans laquelle elle annonçait l’arrivée de Final Fantasy VII Remake sur Xbox One pour le 3 mars prochain.

crédit YouTube

Dans la foulée, l’équipe Xbox en charge des réseaux sociaux a répondu à ce gazouillis en invoquant l’erreur : « Hé. Nous avons commis une erreur interne au sein de l’Équipe Sociale. Nous avons immédiatement retiré la vidéo. Désolé, aucune annonce de notre part. Toutes nos excuses. »

Final Fantasy VII Remake parti pour ne plus être jouable sur PS4 d’abord ?

Ce même Nibel rappelle que si Final Fantasy VII Remake n’a jamais été présenté comme une exclusivité PS4, des mentions signifiaient bien que la machine de Sony allait être la première sur laquelle le jeu serait jouable.

Il ajoute qu’à la différence des deux premières bandes-annonces de ce remake, celle diffusée à l’occasion de l’E3 2019 n’indique plus que Final Fantasy VII Remake sera d’abord jouable sur PS4. Malgré tout, le communiqué de presse apparu dans la foulée mentionne bien que le jeu fera ses débuts sur cette console.

En dépit du rétropédalage de l’équipe marketing de Xbox Allemagne, il apparaît plus facile de penser à une erreur de timing qu’à une maladresse ayant conduit le community manager à mettre « Final Fantasy VII Remake » dans sa publication d’annonce au lieu d’un « insérez une franchise Xbox que Microsoft n’a pas eu le temps de laisser sécher ».

Entendons-nous bien, on peut tous faire des erreurs. Mais quand on se retrouve pris la main dans le pot de confiture, difficile de prétendre non seulement qu’on ne voulait pas en prendre, mais en plus que l’on déteste la groseille alors que nos lèvres en sont barbouillées.