Finalement, Alexa n’est pas une très bonne vendeuse pour Amazon

N’en déplaise à Amazon et Google, leurs assistants personnels respectifs font de piètres vendeurs. C’est en tout cas ce que l’on apprend du site d’investigation The Information, qui nous livrait en début de semaine une enquête portant sur les retombées commerciales directement générées par les enceintes connectées. Et tout particulièrement celles propulsées par Alexa, l’assistant intelligent de la firme de Jeff Bezos.

On découvrait ainsi, sans grande surprise avouons-le, que les détenteurs d’Amazon Echo qui utilisent leur enceinte pour faire leurs emplettes sont rares, très rares même. Selon deux sources informées des chiffres internes d’Amazon, contactées par le média américain, seuls 2% des utilisateurs d’Amazon Echo (et des autres enceintes animées par Alexa) auraient un jour utilisé la commande vocale pour réaliser un achat.

Amazon ne peut pas tellement compter sur Alexa, son assistant personnel, lorsqu’il s’agit de vendre des produits. C’est en tout cas ce que pointe The Information en ce début août.

Plus affligeant encore, 90% d’entre eux n’auraient pas renouvelé l’expérience. Les sources de The information expliquent toutefois que 20% des utilisateurs auraient bien recours aux fonctions de shopping de leur assistant personnel, mais uniquement pour être informé de l’avancement d’une commande (souvent passée depuis un autre appareil), ou des derniers deals proposés en ligne. « Clairement, le Voice Shopping n’en est pas encore au stade d’être un marché de masse« , commente l’un des deux informateurs du média.

Les enceintes connectées : un parc conséquent d’appareils, mais des usages qui – pour l’heure – restent basiques

Et effectivement, nous sommes loin des prévisions qui étaient celles d’Amazon et Google lors du lancement de leurs enceintes intelligentes… Pourtant ce n’est pas les clients potentiels qui manquent avec près de 50 millions d’Amazon Echo distribués, et une quantité d’appareils équipés d’Alexa qui aurait triplé en un an selon Jeff Bezos.

En réalité les utilisateurs semblent pour l’instant concentrer le gros de leurs usages autour de fonctions basiques de leurs enceintes connectées. Pour l’heure, ces dernières sont principalement utilisées pour de la domotique (contrôler l’éclairage du foyer, le thermostat, le verrouillage des portes…), pour lancer de la musique ou encore obtenir des informations pratiques (la météo par exemple). Les achats, quant à eux, sont principalement réalisés depuis un smartphone ou un ordinateur.

Cependant, les dirigeants d’Amazon et consorts ne baisseraient pas les bras pour autant et chercheraient actuellement des moyens d’encourager les achats par commande vocale. « Il n’y a peut-être que peu de voice shoppers à l’heure actuelle… mais une fois que vous avez découvert ce qu’ils ont de spéciaux, vous pouvez faire grossir leurs rangs très rapidement« , expliquait à The Information l’une des deux sources contactées. « C’est un problème qui n’a pas encore été résolu » a-t-elle ajouté. Reste à savoir s’il le sera un jour.

Mots-clés alexaamazon