Firefox va accueillir les extensions de Chrome et abandonner certaines des siennes

Mozilla a annoncé un changement radical en ce qui concerne les extensions de son navigateur star Firefox : le support de XPCOM et de XUL pour ces mêmes extensions va bientôt s’arrêter, au profit d’une nouvelle API nommée WebExtensions.

Si cela passe pour être du jargon incompréhensible, ça veut bien dire quelque chose, et ça n’apporte pas que des bonnes nouvelles. Loin de là même, puisque certains n’hésitent pas à affirmer que Mozilla vient de tuer le système qui faisait de Firefox un navigateur unique. Rien que ça.

Firefox

Firefox doit s’apprêter à affronter une armée de trolls

Un système permissif qui s’éteint

Au cœur de cette polémique, il y a donc XPCOM et XUL, des technologies qui sont utilisées pour Firefox et son interface, et des technologies qui peuvent également être utilisées dans les extensions du navigateur.

Ce système se veut donc extrêmement permissif : en utilisant les mêmes technologies, les extensions peuvent parfaitement s’interfacer avec Firefox et ainsi modifier très nettement son comportement et son interface. C’est d’ailleurs ce qui fait que Firefox doit, à chaque mise à jour, vérifier la compatibilité des extensions installées.

L’annonce de Mozilla concerne donc l’arrêt du support de ce système permissif. Désormais, les développeurs d’extensions devront passer par l’API WebExtensions, une API moins permissive et très largement compatible avec ce que l’on trouve sur d’autres navigateurs comme Chrome.

La bonne nouvelle, c’est donc que beaucoup d’extensions qui n’étaient jusque-là disponibles que sur Chrome vont être rendues disponibles sur Firefox sans soucis. La mauvaise nouvelle, c’est que beaucoup d’extensions de Firefox vont disparaître, notamment celles qui modifient profondément l’interface et celles qui seront abandonnées par leurs développeurs.

Le système permissif avait ses avantages : une extension Firefox pouvait aller bien plus loin que sur un autre navigateur, ce qui faisait du navigateur au panda roux un concurrent unique dans le milieu.

Mais l’abandon du système permissif a tout de même quelques avantages. On en a déjà cité un avec la compatibilité avec les extensions de la concurrence, et il y en a d’autres. Par exemple, le projet Electrolysis qui vise à mettre les onglets et l’interface de Firefox sur des processus différents pour éviter les crashes du navigateur en cas de soucis dans un onglet va devenir plus facile à développer. De plus, en permettant moins de choses, le système d’extensions va forcément être plus sécurisé.

Via | Photo : Adam Rifkin

Mots-clés firefoxmozilla