Clicky

« Fiscal Kombat » : le jeu vidéo où Jean-Luc Mélenchon fait payer les riches

Probablement le candidat à la présidentielle tentant d’exploiter au mieux l’outil internet pour atteindre un public pas forcément intéressé par la politique, Jean-Luc Mélenchon et des adhérents à son mouvement viennent de sortir « Fiscal Kombat », un jeu vidéo où il est question de secouer des « oligarques » pour les déposséder de leurs précieux euros.

Dixit Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Fiscal Combat est le « premier jeu vidéo de la campagne de la France Insoumise », soit le mouvement du candidat. Le principe du jeu, accessible sur navigateur et se pratiquant au clavier : aux commandes d’un Jean-Luc Mélenchon pixellisé et sapé comme un parrain de la mafia, vous partez empoigner des personnalités connues pour manipuler ou avoir manipulé de conséquentes sommes d’argent.

Pour saisir un adversaire, il suffit de se diriger vers lui, et il vous sera alors demandé de tapoter la flèche du haut pour faire tomber un nombre plus ou moins élevé de sesterces. L’individu ainsi délesté de sa grosse monnaie pourra ensuite être projeté à gauche ou à droite, et si possible sur d’autres richissimes figures pour gagner du temps.

« Fiscal Kombat », le jeu de campagne de Mélenchon où les joueurs contribuent à un pot commun

La singularité du titre, inspiré par Kung Fury : Street Rage lui-même inspiré de One Finger Death Punch, réside dans le fait que l’argent récupéré par tous les joueurs est ajouté, en fin de chaque partie, à un « pot commun » appelé à financer des « conquêtes sociales ». Une idée « géniale » pour un Jean-Luc Mélenchon qui reconnaît quand même à demi-mot que Fiscal Kombat n’ira pas contrarier les ventes d’un Mario Kart 8 Deluxe ou d’un Persona 5.

Dans l’ensemble, la communauté du Discord Insoumis et les parties ayant bénévolement participé au développement de Fiscal Kombat ont réalisé un honnête jeu de campagne, permettant à Jean-Luc Mélenchon de saisir le col de Jérôme Cahuzac, Christine Lagarde et quelques autres sans risquer de poursuite judiciaire.

La difficulté est par ailleurs au rendez-vous, même si une transformation en Super Saiyen (!), déclenchable par la touche Espace et après appauvri suffisamment de pauvres riches, offre un balayage bienvenu de l’écran. À voir maintenant si cela donnera envie de voter pour un candidat prêt à vous soulever dans la rue pour avoir gagné le gros lot au Loto.