Flotte aérienne mondiale : Airbus reste dominé par Boeing

La course entre les deux plus grands constructeurs aéronautiques mondiaux se poursuit. Et c’est toujours Boeing qui conserve la première place en ce qui concerne la flotte mondiale.

Airbus est cependant passé en tête sur le segment des avions monocouloirs, mais l’avionneur américain garde la main puisqu’au total, les Boeing restent environ 20% plus nombreux au total dans le monde.

Une bataille historique qui suit son cours et prouve l’hégémonie des deux constructeurs face à leurs concurrents.

Une bataille à armes égales

Selon le recensement effectué par le site de presse professionnel flightglobal.com, la flotte mondiale d’avions commerciaux, jets et avions à hélices confondus, comptait précisément 28 235 appareils en service à travers le monde au 10 juillet 2017.

Cela représente une hausse de 65% par rapport à l’année 2008. Selon les prévisions des analystes, ce chiffre devrait quasiment doubler sur les dix prochaines années, pour atteindre 51 200 appareils en 2036. Cela sera parallèle à l’accroissement du trafic passager, qui doublera lui aussi durant cette prochaine décennie.

Des changements sont à noter, puisque la composition historique de la flotte mondiale est bouleversée, avec l’avancée des Airbus monocouloirs de la famille A320 dont le nombre en service dépasse celui des Boeing 737. En effet, 6965 appareils (A318, A319, A320, A321, y compris en version NEO) croisent le ciel contre 6864 Boeing 737.

Même s’il existe plus de Boeing 737-800 (4408 exemplaires) que d’Airbus A320 (4017 appareils), la large gamme proposée par Airbus, une fois additionnée, prend le dessus, avec trois appareils sur cinq de l’avionneur européen classés les plus fréquents dans les aéroports.

Un vaste choix (cornélien) pour les compagnies aériennes

Le long-courrier reste le domaine contrôlé par Boeing, notamment grâce à son célèbre modelé, le 777, avec au total près de 11 000 appareils en service contre seulement 8600 pour l’avionneur européen. Boeing domine toujours les routes intercontinentales, avec 3853 avions sur ces lignes contre – seulement – 1694 pour Airbus.

Le Boeing 787, avion dernière génération récemment intégré dans la flotte d’Air France, progresse en passant de 422 à 554 exemplaires en service en l’espace de seulement un an. Mais le concurrent, le célèbre A330 européen, reste le deuxième avion long-courrier le plus utilisé avec 1214 exemplaires.

L’arrivée de l’Airbus A350 freine la progression du Boeing 777, qui reste en tête avec 1387 appareils en service, contre 1319 il y a un an. Pour l’heure, seul 92 A350-900 sont en opération, mais l’augmentation de production prévue par Airbus et les renouvellements à venir au sein des compagnies aériennes vont permettre de doubler ce chiffre d’ici 2019.

Quant au célèbre A380, dix ans après son premier vol, c’est un succès en demi-teinte, avec seulement 212 appareils en vol contre toujours 489 exemplaires (383 en version passagers et 106 en version fret) du Boeing 747, 48 ans après son premier vol. Que dire de l’A340, échec commercial dont il ne reste plus que 175 appareils en vol. En comparaison, il reste plus d’A300 dans les airs, avec 211 exemplaires toujours utilisés, 45 ans après son premier vol.

L’avenir de la production des avions très gros porteurs pose question, du fait de leur capacité « surdimensionnée », de leur coût d’exploitation, et d’une demande logiquement plus faible dans les airs du fait de cette capacité gigantesque.

Tous ces chiffres nous amènent à constater… que le ciel est déjà bien chargé et que cela ne cessera d’augmenter dans les années à venir. Le travail des contrôleurs aériens ne va cesser de se complexifier au fil des ans !