Windows 10 : focus sur l’interface

Windows 10 est disponible depuis le mois dernier et il apporte de nombreuses améliorations notables, à commencer par une toute nouvelle interface résolument plus moderne et plus ergonomique. Le moment est venu de nous pencher sérieusement dessus et de présenter les différentes fonctions associées.

Microsoft a pris de gros risques avec Windows 8. Pour la première fois de son histoire, le géant américain a effectivement fait le choix de repartir de zéro et de concevoir un système d’exploitation totalement différent, pensé pour le tactile.

Focus Interface Windows 10

Windows 10 répond aux mêmes objectifs, mais il va nettement plus loin que son prédécesseur puisqu’il joue la carte de l’universalité. En d’autres termes, il s’adaptera automatiquement à votre façon de l’utiliser et c’est précisément ce qui le rend aussi redoutable.

Attention cependant car ce focus n’évoquera pas les fonctions en lien avec Continuum. Elles feront effectivement l’objet d’un autre article, publié dans quelques jours.

Le menu démarrer

Ce n’est pas vraiment une révélation mais Windows 10 marque le grand retour du menu démarrer. Un menu qui ne ressemble à rien de ce que nous connaissions.

En réalité, il fait un peu la jonction entre le menu démarrer de Windows 7 et l’écran d’accueil de Windows 8.x.

Il se compose ainsi de deux zones distinctes. A gauche, nous allons retrouver un bouton permettant de gérer sa session, la liste des applications les plus utilisées et des raccourcis pointant vers l’explorateur de fichiers, les paramètres, la marche/arrêt et toutes les applications.

Besoin d’accéder à un dossier en particulier ? Pas de problème, il suffira de cliquer sur le bouton de l’explorateur de fichiers pour voir apparaître des raccourcis supplémentaires pointant vers le bureau, les téléchargements, les vidéos ou les répertoires les plus fréquemment sollicités.

Sur la droite, nous trouverons toutes nos tuiles. Il sera possible de les déplacer, de les regrouper ou même de les modifier à la volée, comme nous le faisions sur Windows 8 et sur Windows 8.1. Les contrôles ne seront d’ailleurs pas les mêmes si nous utilisons la souris ou le doigt.

Le menu pourra aussi être redimensionné à la souris. Il suffira de placer le curseur sur une de ses bordures et de tirer dans un sens ou dans l’autre pour agrandir ou réduire sa taille.

Si vous allez fouiner dans les paramètres, vous pourrez définir les couleurs de vos tuiles et partir par exemple sur du bleu, du rose, du gris ou même du jaune. Pas envie de choisir ? Aucun souci, Windows 10 propose une option permettant de changer la couleur du thème en fonction… de l’arrière plan. Pratique.

Fait intéressant, en cliquant avec le bouton droit de la souris sur le bouton démarrer, on fera toujours apparaître un menu contextuel regroupant des raccourcis pointant vers les programmes, l’observateur d’événements, le gestionnaire de périphériques ou encore l’invite de commande et le panneau de configuration.

Centre de notifications Windows 10

Le centre de notifications de Windows 10 rappelle évidemment beaucoup celui de Windows Phone 8.1.

Le centre de notifications

Windows 10 propose aussi un centre de notifications. Pour l’afficher, il suffit de cliquer sur l’icône adéquate ou d’effectuer un balayage de la droite vers la gauche à partir de la bordure de l’écran.

Il regroupe pas mal d’éléments distincts et il rappelle beaucoup ce que propose Windows Phone 8.1. Les alertes générées par nos applications apparaîtront dans la partie haute de l’écran et nous trouverons aussi un bouton permettant de supprimer tous les messages en un instant.

Microsoft a ajouté plusieurs boutons en bas. Par défaut, le centre de notifications n’en affichera que quatre mais il suffira de taper ou de cliquer sur le bouton « développer » pour faire apparaître les autres.

Ces boutons nous donneront un accès direct sur les réglages rapides.

Ils nous permettront de basculer en mode tablette ou en mode desktop, lancer l’outil de prise de notes, accéder à tous les paramètres, se connecter à un appareil, activer/désactiver l’économiseur de batterie, activer/désactiver le VPN, activer/désactiver le Bluetooth, modifier la luminosité, se connecter à un réseau WiFi ou même activer la fonction « ne pas déranger ».

Pas mal mais ce n’est pas fini car nous pourrons aussi accéder aux options avancées de chacune de ces fonctions en effectuant un clic droit (ou un appui prolongé) sur le bouton de notre choix.

Microsoft n’impose rien. Si l’utilisateur souhaite modifier les réglages rapides dans la zone, il n’aura qu’à accéder aux paramètres. Il pourra aussi définir les applications qui auront le droit de générer des alertes.

Fenêtres Windows 10

Avec Windows 10, il est possible d’épingler quatre fenêtres à l’écran.

Les fenêtres des applications

Comme évoqué un peu plus haut, Windows 10 est doté d’une interface universelle capable d’évoluer en fonction du terminal de l’utilisateur.

Cette particularité ne se limite pas au système et elle est aussi valable pour les applications distribuées sur le Windows Store.

C’est un point intéressant car cela veut aussi dire que les développeurs et les éditeurs n’auront plus besoin de proposer plusieurs variantes de leurs outils. Ce point sera abordé plus en détails dans mon focus sur Continuum.

Autre changement et pas des moindres, Windows 10 ne fait plus la distinction entre les applications Modern UI et les outils plus traditionnels. Tous les programmes se comportent donc de la même manière.

Microsoft a aussi modifié la gestion des fenêtres. Désormais, il sera possible d’épingler quatre fenêtres à l’écran. Une dans chaque coin. On trouve d’ailleurs des raccourcis clavier spécialement dédiés à cet usage pour gagner en productivité.

Cette nouveauté peut sembler anodine mais il n’en est rien d’autant que l’éditeur n’impose aucune limite en terme de diagonale d’écran. Je peux donc faire tenir quatre applications côte à côte sur ma Q704 alors que sa diagonale n’excède pas les 12 pouces.

Envie de placer deux fenêtres à côté l’une de l’autre ? Aucun problème, il suffira de glisser la première vers le bord de l’écran et sélectionner ensuite la vignette de notre choix de l’autre côté.

Le système s’occupera de tout à notre place.

Et la barre des tâches alors ? Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en parler mais elle est bien pensée. Le bouton démarrer s’accompagne d’un large champ de recherche dédié à Cortana. On trouve ensuite une série de quelques raccourcis pointant vers les applications de notre choix. Si l’outil est en cours d’exécution, alors son icône est automatiquement soulignée en bleu.

Sinon, eh bien il suffit de placer le curseur de la souris sur une icône pour afficher une miniature de la fenêtre associée.

Windows 10 : la Task View

La Task View de Windows 10.

La Task View

Contrairement à ses prédécesseurs, Windows 10 est parfaitement capable de gérer des bureaux virtuels et l’utilisateur aura ainsi la possibilité d’organiser ses espaces de travail comme il l’entend et comme il le ferait sur OS X ou sur Linux.

C’est évidemment très pratique et il suffira de lancer la Task View pour gérer ces espaces et les applications en cours d’exécution.

Après avoir cliqué sur le bouton présent dans la barre des tâches, le système affichera une nouvelle fenêtre divisée en deux zones. Toutes les fenêtres ouvertes apparaîtront sur la partie haute de la page. Les bureaux, eux, seront placés dans un bandeau situé en bas.

Si l’utilisateur le souhaite, il pourra fermer à la volée les programmes de son choix et déplacer des fenêtres d’un bureau à l’autre à l’aide d’un simple glisser/déposer.

Pour accéder à un bureau, il n’aura qu’à cliquer ou taper sur la vignette de son choix. Bon, après, on pourra aussi se rabattre sur les raccourcis clavier qui vont bien pour booster notre productivité.

Windows 8 ne m’avait pas particulièrement séduit à l’époque. Je le trouvais un peu trop brouillon à mon goût. La version suivante a pas mal amélioré les choses, mais elle n’était pas parfaite pour autant.

Windows 10 m’a fait forte impression, en revanche.

Il est plus accessible et plus facile à utiliser, bien sûr, mais je le trouve aussi plus logique et plus cohérent. Plutôt que de chercher à faire cohabiter plusieurs environnements, Microsoft a créé un système universel et flexible capable de fonctionner sur n’importe quelle machine.

Je ne sais pas si cette stratégie portera ses fruits, mais il faut avouer que c’est très prometteur sur le papier. Bien plus que ce que proposait Windows 8 en son temps.

On termine avec une vidéo tournée par mes soins.