Clicky

Free est de retour avec la Freebox Delta et la Freebox One

Free a tenu ce matin une conférence sur Paris afin de présenter ses toutes dernières nouveautés. Sans surprise aucune, l’opérateur a profité de l’occasion pour lever le voile sur les Freebox Delta et Freebox One.

Exactement comme le laissaient présager les rumeurs les plus récentes, le trublion des télécoms a effectivement décidé de scinder son offre en deux box différentes. Plus étonnant encore, la Révolution et la Mini 4K ne disparaissent pas de son catalogue et elles resteront disponibles à la vente. De même pour la Freebox Crystal.

Freebox Delta : image 1

Ce qui veut aussi dire que l’opérateur compte désormais… cinq offres différentes à son catalogue.

Freebox Delta, la Freebox à tout faire

La Freebox Delta vient sans surprise se placer sur le haut du panier et elle ne fait franchement pas dans la demi-mesure.

Un Freebox Serveur multitâche

Côté Server, Free a donc opté pour un boîtier capable d’agréger le xDSL ou la Fibre et la 4G afin de proposer les plus hauts débits possible. La connexion pourra ainsi atteindre les 400 Mbps dans les zones couvertes, ce qui représente d’après l’opérateur environ dix millions de foyers français.

En ADSL, le débit sera évidemment un peu moins bon et il tombera ainsi à 200 Mbps en download et à 60 Mbps en upload. Encore une fois, ces débits sont théoriques et ils sont donnés à titre indicatif. Dans les faits, tout dépendra bien entendu de la localisation de l’utilisateur.

Le boîtier met aussi le paquet sur le WiFi et il bénéficie ainsi du WiFi 802.11 ac 4400 tri-band MU-MIMO. Grâce à ce système, le Freebox Server sera en mesure d’éviter les goulots d’étranglement et cela devrait se traduire par une vitesse de connexion accrue pour tous les équipements de la maison.

Free a en outre mis en place un nouveau système afin de faciliter le processus de connexion. En plus du WPS, le boîtier proposera aussi un QR Code et il suffira de le flasher avec son iPhone ou son téléphone sous Android pour le connecter au réseau domestique.

Toujours concernant la connectivité, le boîtier est en plus compatible avec Sigfox et il sera donc en mesure de continuer à communiquer en cas de perte de connexion ou de coupure de courant.

Ce détail est loin d’être anodin, car Free va aussi commercialiser un pack de sécurité composé d’un détecteur d’ouverture, d’un détecteur de mouvement, d’une caméra et d’une télécommande. La Delta pourra donc être utilisée comme système de surveillance. En plus de cela, le boîtier Player sera en mesure de s’appuyer sur ses microphones pour détecter des bris de vitre ou des alarmes. En cas de problème, le Server fera sonner sa sirène, une sirène offrant une puissance de 105 dB.

Free proposera en parallèle un système de gardiennage. Pour 2 € par mois, il sera ainsi possible de bénéficier de l’intervention d’un agent. A noter que ce service a été développé en partenariat avec Axa.

Le Freebox Server est également doté d’une connectique complète avec un port SFP+, 4 ports Gigabit Ethernet, deux ports USB Type-C, un port USB 3.0, un port téléphonique RJ11, une base DECT et un lecteur NFC.

Mais ce n’est pas le plus intéressant. Le boîtier pourra également être utilisé comme un serveur NAS. S’il sera livré avec un disque dur de 1 To, il pourra également accueillir un maximum de quatre disques durs avec une capacité maximale de 20 To de stockage. Il supporte en outre les différents RAID habituels et il est livré avec un gestionnaire de téléchargements conçu pour les fichiers torrents.

Pour animer la bête, Free a opté pour un ARM v8 composé de quatre cœurs couplés à 2 Go de mémoire vive. La box est bien entendu livrée avec deux Freeplugs prenant en charge l’AV2 Mimo, pour des débits théoriques bien supérieurs à ceux des boîtiers CPL de la Révolution.

Freebox Delta : image 2

Un Freebox Player branché multimédia

L’opérateur ne s’est évidemment pas arrêté là. Le Freebox Player a lui aussi de solides atouts en sa possession.

La forme change pas mal. Exit le boîtier rectangulaire compact, le géant des télécoms a cette fois opté pour un gros boîtier triangulaire.

Très imposant, ce dernier a été développé en partenariat avec Devialet et il sera donc en mesure de restituer un son puissant et ample. Free évoque une qualité exceptionnelle et notamment un « son immersif ».

Il faudra cependant attendre les retours des premiers utilisateurs pour savoir ce qu’il en est réellement.

Sur le papier en tout cas, la partie son semble en tout cas soignée et le boîtier intègre ainsi trois haut-parleurs spécialisés dans les graves et trois autres haut-parleurs full-range capables de diffuser un son à 360° et donc tout autour de l’appareil.

D’après Free, la qualité du rendu sonore serait équivalente à celle d’un home cinéma 5.1 haut de gamme, mais une fois encore il sera préférable d’attendre les premiers retours avant de faire sauter le bouchon de champagne.

Détail intéressant. Free ne reprendra pas le boîtier si vous mettez un terme à votre abonnement. Du moins pas si vous acceptez de lui verser 10 € par mois pendant 48 mois ou de lui verser directement 480 €.

Autre point important, le Freebox Player ne sera pas sédentaire et vous pourrez parfaitement l’emmener avec vous en vacances pour bénéficier de ses qualités audio.

Free a d’ailleurs beaucoup communiqué sur cette dimension de son appareil, en passant notamment en revue les différentes technologies intégrées au boîtier… comme le SPACE pour la spatialisation ou encore l’AVL pour une adaptation dynamique du volume sonore. Le Player est également compatible avec toutes les plateformes musicales habituelles comme YouTube ou même Spotify.

L’opérateur a fait également de gros efforts sur la connectique et le boîtier embarque deux ports Gigabit, une entrée S/PDIF, une prise HDMI 2.1, des ports USB-C, une entrée TNT DVB-T2, le WiFi 802.11 ac 2×2 MU-MIMO ou encore le Bluetooth et le NFC. Il pourra aussi être utilisé comme station de charge sans fil et il intègre ainsi le Qi. Ah, et sinon, sachez que l’appareil embarque un panneau de commande tactile.

Côté vidéo, le Player fait bien entendu la part belle à la 4K, avec une bonne dose de HDR derrière. Il intègre aussi Netflix et il offre un accès direct à CANAL VOD et aux chaînes télévisées habituelles. Ici, Free annonce des flux HD à 15 mbps et il promet qu’aucune box ne sera en mesure d’offrir une aussi belle qualité d’image. En tout, on aura également accès à 280 chaînes (600 au total) et à plus de 100 chaînes en replay.

En revanche, le Player n’intègre aucun lecteur Blu-ray 4K et il faut avouer que ça manque un peu. Autre déconvenue, si Netflix est intégré, seul l’abonnement Essentiel sera proposé. Un abonnement qui, il faut le rappeler, ne donne pas accès aux contenus en HD ou en 4K… Dommage pour un Player orienté 4K, n’est-ce pas ? Fort heureusement, les abonnés pourront tout à fait transférer leur abonnement sur la box.

Bon point en revanche, le Player intègre Alexa et il sera tout à fait possible de le piloter à la voix. Les fonctions ne changeront d’ailleurs pas et il sera ainsi possible d’obtenir des réponses directes à ses questions ou même de piloter son installation domotique. Histoire d’en remettre une couche, Free a aussi intégré son propre assistant. En prononçant la phrase-clé « Ok Freebox », vous pourrez donc changer de chaîne ou modifier le volume sonore sans effort et sans avoir besoin de passer par la télécommande. Il sera aussi possible de programmer ses enregistrements par ce biais ou même de lancer une nouvelle webradio.

L’interface de la plateforme a également été repensée avec des visuels plus épurés et mettant davantage en valeur les contenus. La télécommande est pour sa part dessinée par Jasper Morrison et elle est bien entendu très lookée avec des lignes minimalistes et un plastique doux au toucher.

Pour la partie plus technique, sachez que le Player embarque un Snapdragon APQ8098 avec 2 Go de RAM et 32 Go de mémoire flash.

Le prix pique un peu en revanche. La Freebox Delta est en effet proposée à 49,99 € sans engagement. Si vous souhaitez conserver le Player, il faudra ajouter 10 € à la douloureuse pour un total de 59,99 € par mois.

Freebox One : image 1

Freebox One, la Freebox raisonnable

La Freebox One est un peu moins ambitieuse et elle sera également proposée à un tarif plus abordable. Autre détail intéressant, l’architecture change aussi pas mal et l’offre repose sur une seule box réunissant en son sein la partie Server et la partie Player.

Du côté de la connexion, cette box dessinée par Jasper Morrison sera en mesure de vous faire profiter du FTTH 1 Gbps, de l’ADSL2 ou du VDSL2. Free annonce un maximum de 1 Gbps en réception et de 400 Mbps en émission avec une couverture étendue à 10 millions de foyers français.

Les appels illimités vers les fixes et les mobiles en France sont également inclus, de même pour 110 destinations supplémentaires. Les DOM en font partie, de même pour les États-Unis ou encore la Chine.

Pas de mauvaise surprise du côté de la définition. La box atteindra aussi les 4K et le HDR sera aussi présent.

L’offre inclut en plus un accès à 220 chaînes télévisées et au replay, de même pour Netflix. La Freebox One sera en effet livrée avec l’application et elle bénéficiera également  de la télécommande Soft Touch. CANAL VOD est aussi de la partie. Les chaînes seront pour leur part limitées au HD+ avec un flux à 15 Mbps.

Autre bonne nouvelle, la Freebox One hérite elle aussi de la nouvelle interface de la Delta. Côté technique, on trouve un ARM9 cadencé à 1,2 GHz et couplé à 512 Go de RAM pour la partie Internet et un Snapdragon APQ8098 couplé à 2 Go de RAM et 32 Go de stockage pour la partie TV.

Le WiFi atteint les 802.11 ac en double bande et on a aussi du Bluetooth 4.1 avec en prime quatre ports Gigabit, un port USB Type-C, deux ports USB 2.0, un port e-SATA, une base DECT et une entrée TNT.

Le prix de l’abonnement est moins élevé et il est fixé à 39,99 € par mois avec une réduction de 10 € pendant un an.

Un point sur les tarifs

Comme indiqué un peu plus haut, Free a choisi de ne pas retirer ses autres box du catalogue et l’opérateur a donc profité de l’occasion pour revoir la tarification de ses autres forfaits.

On trouve désormais pas moins de cinq forfaits différents, proposés aux prix suivants :

  • Freebox Crystal : 9,99 € par mois.
  • Freebox Mini 4K : 14,99 € par mois.
  • Freebox Révolution TV by CANAL : 19,99 € par mois.
  • Freebox One : 29,99 € par mois pendant un an puis 39,99 € par mois.
  • Freebox Delta : 49,99 € par mois, 59,99 € avec l’achat du Player.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.