Clicky

Free Mobile : si votre débit a chuté, c’est normal ! 

Free Mobile est arrivé bien après ses concurrents sur le marché des télécoms. Pour compenser, l’opérateur a signé un accord avec Orange France afin de pouvoir utiliser son réseau, en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes. Cette collaboration ne s’est pas faite sans heurts, mais elle est de toute manière vouée à prendre fin dans les années à venir.

L’accord passé entre les deux firmes se terminera en effet en 2020. Le trublion des télécoms doit donc continuer à déployer de nouvelles antennes afin de couvrir l’intégralité du territoire.

Bridage Free Mobile

Free Mobile a encore bridé ses débits.

En attendant et conformément aux recommandations de l’ARCEP, Free Mobile a choisi de brider les débits de ses abonnés en itinérance afin de réduire le coût du contrat passé avec Orange France.

Free Mobile a bridé une nouvelle fois ses débits le 1er janvier

Afin de ne pas froisser ses clients, l’entreprise a opté pour une solution graduelle et cette baisse des débits se fera ainsi en plusieurs phases.

La première a eu lieu en septembre dernier. Depuis cette date, les débits sont limités à 5 Mbit/s en réception et à 448 kb/s lorsque l’abonné est connecté à des antennes appartenant à l’opérateur historique. Cette baisse a été assez violente d’ailleurs puisque ces mêmes débits étaient initialement limités à 21 Mb/s en réception et à 11,5 Mb/s en émission.

La seconde phase a été amorcée le 1er janvier et elle ne fait pas non plus dans la dentelle. Depuis le début de la semaine, les débits en itinérance sont en effet limités à 1 Mb/s en réception et à 383 kb/s en émission.

Dans les faits, cela ne devrait pas changer grand-chose pour les abonnés. Il s’agit en effet de débits théoriques et Free Mobile n’a jamais permis à ses abonnés de profiter des débits maximums autorisés par son contrat.

La troisième phase est prévue pour 2019

En outre, l’opérateur a massivement investi ces derniers mois afin d’améliorer son infrastructure et, par extension, sa couverture réseau. D’après les derniers chiffres en date, il couvrirait à présent 84,5 % de la population en 3G et 68,3 % en 4G.

La bonne nouvelle, c’est que la troisième phase n’interviendra pas tout de suite. Elle est en effet planifiée pour 2019. Cette fois, en revanche, les débits s’écrouleront littéralement et ils ne dépasseront ainsi pas les 768 kb/s en réception et les 383 kb/s en émission. La quatrième et dernière phase aura lieu en 2020 et elle verra les débits montants et descendants passer à 383 kb/s des deux côtés.

En attendant, si vous envisagez de passer prochainement chez Free Mobile, alors il est sans doute préférable de commencer par vous reporter à cette carte pour savoir si l’endroit où vous vivez est couvert par le réseau de l’opérateur. Si ce n’est pas le cas, il sera clairement préférable de partir chez la concurrence… ou de déménager.

Mots-clés freefree mobile

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.