Free va se lancer sur la 5G

Dernièrement, les opérateurs mobiles français se sont lancés dans la course à la 5G. En janvier 2018, l’Arcep, le régulateur des télécoms, avait ouvert un guichet pour leur permettre de tester cette nouvelle génération de réseau dans 9 villes françaises à savoir Bordeaux, Lyon, Lille, Douai, Montpellier, Nantes, Grenoble, Saint-Étienne et Le Havre.

Free, arrivé sur le marché de la téléphonie mobile en 2012, ne compte pas se laisser distancer par ses concurrents et prévoit de lancer la 5G d’ici 2020.

5G

Durant son audition par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale qui s’est déroulée le 4 avril 2018, Maxime Lombardini, directeur général de Free, a évoqué son intention de lancer la 5G. « Free se prépare à la 5G même si elle n’est pas totalement normalisée et que les fréquences ne sont pas encore toutes attribuées. »

Comme SFR et Orange, Free table sur 2020 pour un lancement commercial de ce réseau.

Des débits plus élevés

La 5G est caractérisée par des débits montants et descendants supérieurs à 10 gigabits par seconde. Ce réseau aura également une capacité et une latence très basse allant de la milliseconde contre 25 à 40 ms en 4G.

Pour préparer l’arrivée de la 5G, l’Arcep a annoncé durant l’été 2018 une réorganisation des fréquences pour laisser une plage relativement importante à l’ultra haut débit mobile (section 3,4 à 3,8GHz).

Au début de l’année 2018, une dizaine de sites pilotes vont être mise en place en 2018 et 2019 pour tester la 5G. Suite à l’installation de ces sites, Orange et Bouygues ont eu l’autorisation de tester la 5G dans certaines villes de France.

Un déploiement progressif

L’Union européenne a prévu un déploiement principal de la 5G qui s’étendra de 2018 à 2025. Durant cette période, Bruxelles a indiqué qu’elle sera une « société du gigabit » car la 5G sera proposée dans les grandes villes et le long des principaux axes de transport.

De son côté, Free évoque encore une certaine réserve concernant le lancement commercial de la 5G. « Il n’y a pas de terminaux pour recevoir, donc on pense que les opérateurs vont commencer par allumer la 5G sur les réseaux existants. »

Pour Maxime Lombardini, « Ce sera quand même une transition de la 4G vers la 5G et donc plus de débit et plus d’efficacité, mais n’entrainera pas immédiatement une révolution dans les usages. »

Mots-clés freeiliad