Clicky

Fujifilm X-T1 : il est officiel !

Le Fujifilm X-T1 vient d’être introduit par son constructeur et autant dire que ce nouvel hybride ne manque pas d’argument pour séduire les photographes. A commencer par son viseur électronique. Gigantesque, digne des plus gros réflex, ce dernier mise effectivement sur un rafraichissement en temps réel afin de nous aider à plonger plus facilement dans les scène que nous souhaitons immortaliser. Et si l’on ajoute à cela des spécifications techniques hautes en couleur et un boitier tropicalisé aux finitions particulièrement soignées, on  obtient un hybride qui ne devrait avoir aucun mal à s’installer sur le marché.

Il faut bien le dire, les caractéristiques du Fujifilm X-T1 étaient connues de longue date. Pas de manière officielle, bien sûr, mais les rumeurs vont bon train depuis le début de l’année et ces dernières ont toutes tapé dans le mille. En gros, donc, cet article ne vous apprendra pas forcément grand chose si vous avez suivi avec attention tout ce qui s’est dit au sujet du X-T1 depuis le début de l’année.

Fujifilm X-T1

Le Fujifilm X-T1 est enfin officiel !

Le Fujifilm X-T1 a ainsi droit à un boitier tropicalisé et il vient rejoindre le club très fermé des hybrides tout temps, aux côtés de l’Olympus OM-D E-M5 et du Panasonic Lumix GH3. Son boitier fait la part belle au magnésium, bien sûr, et il a droit à une ergonomie extrêmement soignée, digne des argentiques de notre enfance. Sur la tranche supérieure, nous trouverons ainsi trois molettes en aluminium donnant un accès direct à certains réglages, et notamment à la correction de l’exposition, à la vitesse d’obturation et à la sensibilité. Certaines de ces dernières seront doublées, pour nous donner la main sur davantage d’options.

Un viseur électronique étonnant

Mais la grande force du X-T1, finalement, c’est son viseur. Massif, ce dernier rappelle beaucoup le viseur du Nikon DF et des autres réflex de la marque. Pas mal, mais il y a mieux car son délai d’affichage n’excèderait pas les 0,005 seconde, pour un taux de rafraichissement de 54 images par seconde. Autrement dit, ce viseur est l’un des plus rapides du marché et il sera capable d’afficher notre scène sans aucune latence. Sinon, et bien il est capable d’afficher une résolution en 1024×768, soit 2,3 millions de points, et un grossissement de 0,77x.

Viseur électronique oblige, ce dernier est également capable d’afficher les réglages de l’utilisateur, bien sûr, mais pas seulement puisque nous aurons également droit à un soupçon de Focus Peaking en prime. Voilà qui devrait faire la joie de tous les adeptes de la mise au point manuelle.

Derrière, et bien le Fujifilm X-T1 a également droit à un capteur APS-C X-Trans II offrant une définition de 16,3 millions de pixels (sans filtre passe-bas), à une puce de traitement EXR II, à une sensibilité comprise entre 200 et 6 400 ISO (avec un mode étendu allant jusqu’à 51 200 ISO) et à un mode rafale fixé à 8 images par seconde. Notez en outre que le X-T1 sera capable de capturer des vidéos en Full HD 1080p, et il intègrera également un port pour cartes SDXC UHS-II et une puce WiFi. Extrêmement rapide, il s’allumera en 0,5 seconde, pour une mise au point qui se fera en 0,08 seconde. Le délai entre chaque prise de vue n’excèdera pas les 0,5 seconde.

Sur le papier, c’est vraiment pas mal.

Côté prix, le Fujifilm X-T1 sera proposé à partir de 1 200€ boitier nu, ou à partir de 1 500€ avec un objectif XF 18-55mm f/2.8-4. Notez d’ailleurs que Fuji en a profité pour présenter trois nouveaux cailloux : un 18-135mm f/3.5-5.6, un 16-55mm f/2.8 et un 50-140mm f/2.8. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais le X-T1 a quand même tout pour plaire, non ?

Ah et demain, c’est Olympus qui devrait frapper fort avec une nouvelle version de l’OM-D E-M5 et, surtout, avec un OM-D E-M10.

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.