Clicky

Fusillade à Santa Fe : des internautes créent des comptes fake sur Facebook pour le tireur

Dans les premières heures après la fusillade au Texas qui a fait au moins 10 morts vendredi, les canulars en ligne sont apparus très rapidement pour répandre des mensonges. Des personnes malintentionnées ont créé de faux comptes Facebook avec le nom du tireur suspecté et une photo trafiquée portant un chapeau « Hillary 2016. »

Plusieurs de ces comptes ont été rapidement signalés par les utilisateurs et supprimés par Facebook.

Les captures d’écran des profils Facebook attribués à Dimitrios Pagourtzis ont été partagées sur Twitter avec des personnes les identifiant comme pouvant être créées pour soutenir la propagande. C’est devenu un modèle familier pour certains trolls d’inonder les médias sociaux de fausses informations après des tragédies comme les meurtres de masse.

Pagourtzis n’a pas encore été officiellement désigné comme étant le coupable dans cet évènement tragique puisqu’il y a encore un autre suspect.

Une impression de déjà-vu

Il existe aux États-Unis un scénario type qui se produit après une fusillade de masse. Dans les heures qui suivent l’événement, les gens se précipitent sur internet pour en savoir le plus possible sur ce qui se passe.

Qui sont les victimes ? Qui était le tireur ? Quelles étaient leurs motivations ? Le public se rue vers les médias sociaux pour mener sa propre enquête, en complément des nouvelles apportées par les médias.

Le problème, c’est que des gens ont commencé à créer de faux comptes en utilisant l’image du présumé tireur pour se faire remarquer ou chercher à influencer les internautes. Le cas de la fusillade de Sante Fe High School, Texas, n’y échappe malheureusement pas.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive, puisque cela a également été le cas suite à la fusillade dans un lycée en Floride, octobre 2017.

Les mesures prises par Facebook

Les responsables de Facebook ont ​​déclaré que l’entreprise avait supprimé le compte réel du suspect et travaillait depuis à supprimer les comptes d’usurpation d’identité.

La plateforme a en outre déclaré cette semaine qu’elle avait désactivé plus de 500 millions de faux comptes sur le réseau social au cours du premier trimestre 2018. Le réseau social a cependant soutenu que des dizaines de millions de comptes fake étaient probablement encore en ligne.

Dans le passé, des comptes similaires ont été créés dans le cadre de campagnes de désinformation par des trolls liés à la Russie ou par des personnes qui viennent pour semer la zizanie. « Pour certaines personnes, ils n’ont aucun intérêt dans le jeu et la vie est juste une grande blague. » a déclaré Sampson, un analyste de la désinformation.

Mots-clés facebook

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !