Galaxy Note 10 : des retards à craindre ?

En raison des tensions diplomatiques qui existent actuellement entre le Japon et la Corée du Sud, la sortie du Galaxy Note 10 pourrait ne pas se dérouler comme prévu. Espérons néanmoins que ce différend ne débouchera pas sur le long terme sur des décisions susceptibles de nuire au fonctionnement de Samsung.

Ces derniers jours, nous avons obtenu pas mal d’informations sur le Galaxy Note 10. Des caractéristiques des composants au design, en passant par la date à laquelle il sera présenté, force est de reconnaître que nous savons actuellement presque tout du prochain flagship de la firme sud-coréenne. Malheureusement, bien que la production du Galaxy Note 10 et du Galaxy Note 10+ soit sans aucun doute en train de battre son plein, une nouvelle information risque d’en décevoir plus d’un.

Il semblerait effectivement que le calendrier de lancement puisse être affecté par des problèmes hors de la portée de Samsung.

Les problèmes en question sont dus à un conflit commercial entre la Corée du Sud et le Japon.

Des raisons politiques

Vous vous demandez sûrement pourquoi un conflit entre ces deux pays pourrait perturber la sortie du Galaxy Note 10. Eh bien, ceux qui s’attendent au lancement du terminal devraient avoir des raisons de s’inquiéter dans la mesure où Samsung fait appel à des sociétés japonaises pour la production de certains composants et matériaux de « haute technologie ».

Cela concerne notamment le polyimide fluoré, le fluorure d’hydrogène et la photorésine qui sont utilisés dans la production de semi-conducteurs et d’écrans.

Or, selon Phonearena, les sociétés coréennes ne peuvent pas actuellement plus faire leurs affaires habituelles avec des fournisseurs de composants basés au Japon. Comme certains de ses compatriotes, Samsung ne peut donc pas importer normalement les matériaux énumérés ci-dessus. Résultat, le chaebol se voit actuellement obligé de réduire de 10 % la production de processeurs Exynos.

Un retard qui ne devrait pas toucher le marché américain

Vu que les versions des flagships de Samsung commercialisées aux États-Unis et en Chine fonctionnent avec des puces Qualcomm, le Galaxy Note 10 devrait y sortir à temps. Par contre, les marchés sur lesquels le constructeur utilise des processeurs Exynos risquent de subir de plein fouet les conséquences de cette guerre commerciale avec le Japon.

Et malheureusement, l’Europe en fait partie. Les utilisateurs qui se trouvent dans le Vieux continent pourraient donc ne pas avoir la possibilité d’acheter le smartphone le 23 aout prochain, date à partir de laquelle celui-ci est censé être mis en vente.