Clicky

Il a passé la nuit en garde à vue pour avoir créé une page sur Facebook

Facebook n’est clairement pas une zone de non droit et cette histoire prouve une fois de plus qu’il est indispensable de mesurer ses propos sur la plateforme. Un homme de 28 ans a effectivement passé une nuit en garde à vue à cause d’une page créée sur la plateforme et il a été déféré au tribunal de Nanterre dans la foulée.

Je ne sais pas si vous vous en souvenez mais un gardien de la paix a été suspendu en 2012 pour avoir abattu Amine Bentounsi d’une balle dans le dos à Noisy-le-Sec.

Prison Facebook

Méfiez-vous de ce que vous faites sur Facebook, le réseau social n’est pas une zone de non droit.

Ce dernier était âgé de 30 ans et il était en train de fuir les policiers dans une rue, une arme à la main.

Il voulait localiser l’assassin d’Amine Bentounsi

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque et cela peut aisément se comprendre compte tenu des circonstances de ce drame.

Au terme d’une longue procédure, l’agent a fini par être innocenté par la cour d’assises de Saint Denis le 15 janvier. Elle a effectivement estimé qu’il se trouvait en situation de légitime défense au moment des faits. Le verdict a suscité l’incompréhension chez les personnes présentes sur place, et notamment chez les proches du jeune homme.

Quel est le lien avec l’affaire qui nous préoccupe présentement ?

Il est assez simple en réalité. Un homme de 28 ans a créé une page assez particulière sur Facebook dimanche dernier. Sobrement intitulée « Wanted », cette dernière promettait une récompense à tous ceux qui donneraient des informations permettant de localiser le gardien de la paix.

Elle a immédiatement été signalée par la plateforme Pharos. Si vous ne la connaissez pas, elle a ouvert ses portes en 2009 et elle permet aux internautes de signaler des contenus illicites en quelques clics.

Les forces de l’ordre ont lancé une procédure dans la foulée et des policiers de la brigade de répression de la délinquance aux personnes se sont rendus à Châtenay-Malabry dans les Hauts-de-Seine pour procéder à l’arrestation du créateur de la page.

Il a immédiatement reconnu les faits et il s’est targué de défendre les droits de l’Homme. Cela ne l’a pas empêché de supprimer la page incriminée dans la foulée.

La morale de l’histoire ? Le virtuel peut parfaitement avoir une incidence sur le réel et nous sommes tous responsables de nos actes, que ce soit sur Facebook ou dans la vraie vie.

Mots-clés facebookweb

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.