GJ 1132b commence à livrer ses premiers secrets

GJ 1132b est une exoplanète se trouvant à environ 39 années lumière de notre propre système. Placée en orbite autour d’une naine rouge, elle a été découverte en 2015 et elle a fait l’objet de plusieurs études poussées ces derniers mois. L’une d’elle portait sur son atmosphère et elle a permis à des scientifiques allemands de mieux dépeindre le portrait de la planète.

GJ 1132b se trouve en orbite autour de la naine rouge Gliese 1132 et elle est la deuxième planète découverte par le programme MEarth.

GJ 1132b

GJ 1132b est bien doté d’une atmosphère.

Financé par la NSF et donc pas la National Science Foundation, ce programme vise à construire un observatoire entièrement consacré à la recherche de planètes situées autour de naine rouge.

GJ 1132b, une planète proche de Vénus

Cet observatoire s’appuie sur un réseau composé de huit télescopes Ritchey-Chrétien fonctionnant ensemble et il est situé sur le mont Hopkins en Arizona, sous la supervision de David Charbonneau.

Grâce à ce programme, les astronomes ont été en mesure d’identifier deux planètes répondant aux critères imposés dans le cadre de la recherche.

GJ 1132b est la deuxième de la liste et elle a été découverte par Berta-Thompson en mai 2015 à partir d’une méthode de transit. Si ce terme vous est peu familier, il faut rappeler que cette technique consiste à observer les étoiles des systèmes lointains et à relever toutes les variations de luminosité de ces dernières pour détecter l’éventuelle présence d’un objet situé dans leur orbite. Lorsqu’une planète passe devant son étoile, elle provoque en effet un obscurcissement momentané.

Cette méthode de détection n’est pas nouvelle et elle est en outre utilisée par de nombreux observatoires différents. Kepler en fait partie.

Les premières analyses de la planète ont révélé qu’elle recevait environ dix-neuf fois plus de radiations stellaires que notre propre planète. En conséquence, elle est censée être trop chaude pour être habitable. Toutefois, en l’observant attentivement, les chercheurs ont aussi remarqué qu’elle possédait une atmosphère.

Trop chaude pour être habitable

Des scientifiques allemands se sont précisément intéressés à elle et ils ont ainsi utilisé un télescope chilien pour tenter de percer ses secrets. En utilisant une combinaison de plusieurs filtres, ils ont réussi à déterminer dans les grandes lignes sa composition et ils en sont ainsi arrivés à la conclusion que cette fameuse atmosphère se composant de vapeur d’eau ou de méthane. En conséquence, ils pensent que cette planète est peut-être recouverte d’un gigantesque océan.

Chauffé à blanc par la naine rouge du système, cet océan générerait en effet d’importants volumes de vapeur et c’est précisément cette dernière qui conférerait à la planète son atmosphère.

Cela ne veut évidemment pas dire que la planète abrite la vie. En réalité, il y a même peu de chances que ce soit le cas puisque la température à la surface de GJ 1132b atteindrait d’après les premières estimations les 370 °C. Toutefois, cette découverte n’a rien d’anodine et elle prouve finalement qu’il est tout à fait possible d’étudier des exoplanètes lointaines sans pour autant avoir besoin d’envoyer des sondes sur place.

L’étude complète a été publiée dans le Journal Astronomique.