Google a aidé la NASA à découvrir une nouvelle exoplanète

La NASA a tenu une conférence de presse hier en fin d’après-midi afin d’annoncer une nouvelle pour le moins étonnante. Grâce à Google et au savoir-faire de la firme en matière de machine learning, l’agence spatiale a en effet découvert une nouvelle exoplanète : Kepler-90i.

L’annonce a eu lieu hier à 19 heures chez nous et elle a fait sensation auprès des amateurs d’astronomie.

Espace

Kepler-90i n’est pas une planète comme les autres et elle est ainsi la huitième planète située dans l’orbite de son étoile, Kepler-90.

Kepler-90i, une exoplanète un peu particulière

Elle se trouve donc dans un système offrant un niveau de complexité comparable au nôtre. Mieux, elle est en plus située dans la zone d’habitabilité de son étoile, une naine jaune se trouvant dans la constellation du Dragon et donc à un peu plus de deux mille cinq cents années-lumière de notre propre monde.

Mais si Kepler-90i fascine autant, c’est surtout en raison de la méthode utilisée pour la découvrir.

Contrairement aux autres exoplanètes repérées par Kepler, ce monde n’a pas été repéré par des astronomes, mais par des algorithmes spécifiques développés par Google.

Le géant américain a en effet créé une intelligence artificielle capable d’utiliser les données brutes capturées par le télescope spatial Kepler pour repérer les exoplanètes cachées autour de leur étoile.

Pour découvrir de nouvelles planètes, Kepler utilise la méthode des transits et le télescope surveille ainsi en permanence des centaines de milliers d’étoiles à la recherche d’éventuelles variations de luminosité, des variations potentiellement causées par le transit d’une planète.

Une IA à l’origine de la découverte

Cette méthode est très efficace, bien sûr, mais elle est aussi très contraignante et elle nécessite ainsi un travail à la fois long et fastidieux.

La NASA a donc eu l’idée de se rapprocher de Google afin de mettre au point une intelligence artificielle capable de se substituer aux astronomes. La tâche s’annonçait ardue, mais les efforts consentis par l’agence et l’entreprise ont visiblement porté leurs fruits.

L’intelligence artificielle développée par Google a en effet pu apprendre à détecter des exoplanètes en s’appuyant sur un échantillon composé de quinze mille enregistrements effectués par Kepler, des échantillons ayant naturellement fait l’objet d’une analyse de la part des astronomes de l’agence spatiale américaine.

Grâce à cette manne d’information, l’IA a appris à reconnaître les variations liées aux exoplanètes, avec un taux de réussite avoisinant selon Chris Shallue les 96 %.

Kepler-90i est donc la première exoplanète découverte par cette intelligence artificielle hors du commun. La première, et sans doute pas la dernière puisque Google et la NASA font continuer à travailler ensemble dans les mois et années à venir.